SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

La fonction des dirigeants des organisations est de produire des résultats respectueux

Au-dessus de tout un dirigeant est responsable de produire des résultats durables, viables et vivables. Cela veut dire que le préalable à tout choix est une réforme profonde d’abandon ou de rupture avec le système de gouvernance actuel.  Quels résultats produits par les systèmes de gouvernance institutionnelle et de gouvernance entrepreneuriale en Algérie ? Une économie de gestion de rente et de bazar servant à la fuite des capitaux par la prédation. Une école et une université produisant des zombis ; un système de santé accentuant le mal en devenant un mouroir pour les patients ; un domaine culturel et cultuel basé sur la triche même envers dieu. Un peuple qu’on utilise comme accessoire utile seulement lors d’événements particuliers. Ce sont ses résultats produits par la gouvernance des requins. Il faut savoir qu’un requin ne peut pas être un dauphin, ils ont des ADN différents.

Dans leurs fonctions les dirigeants doivent donner des directives et des orientations aux institutions qu’ils gèrent pour être au service de son peuple ou de ses clients, et non pas le contraire. Un dirigeant doit réfléchir à la mission de l’institution qu’il gère, définir ses objectifs et organiser les ressources en fonction des résultats pour lesquels elle doit contribuer au développement humain et à la production de richesse. Le dirigeant est, en effet, «l’entrepreneur» qui est responsable de l’orientation de la vision et des ressources vers les meilleurs résultats et contributions possibles.

En remplissant ces fonctions essentielles, le dirigeant est partout confronté aux mêmes problèmes. Il doit organiser le travail pour la productivité ; il doit conduire les gens vers la productivité et la réalisation. Il est responsable de l’impact social de son institution. Il est avant tout responsable de la production des résultats, qu’il s’agisse de performance économique, d’apprentissage des étudiants ou de soins aux patients, pour le bien de chaque institution. Quand on tabasse des enseignants et des médecins c’est que ces dirigeants ne sont que des imposteurs et des usurpateurs d’une noble responsabilité dont ils ne connaissent pas le sens. Car, ce sont des requins !

La question qu’il est nécessaire de se poser : Ya t-il une institution (à caractère économique ou à but non lucratif) qui produit des résultats respectueux ? Ces résultats sont-ils sous tendus par de l’intégrité, de l’honnêteté et la compétence d’agir et d’innovation des dirigeants ? Sinon, il faut mener des réformes profonde afin d’articuler la mission, la vision et le système de valeur de l’institution pour créer un équilibre entre la force morale (force économique par la production de la richesse et non pas la gestion de la rente) et la douceur sociale (cohésion sociale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *