SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

L’éthique de la responsabilité sociale

Qu’est-ce que l’éthique des affaires ? «C’est la casuistique», répondrait l’historien de la philosophie occidentale. La casuistique est une partie de la théologie morale qui s’occupe des cas de conscience.

La casuistique a affirmé que les dirigeants, en raison de leur responsabilité, doivent trouver un équilibre entre les exigences éthiques ordinaires qui s’appliquent à eux en tant qu’individus et leur responsabilité sociale vis-à-vis de leur entreprise. Mais cela implique que les règles qui déterminent ce qui est éthique pour les citoyens ordinaires ne s’appliquent pas également, voire pas du tout, à ceux qui ont une responsabilité sociale.  L’éthique pour eux est plutôt un calcul coût-bénéfice impliquant les exigences de la conscience individuelle et les exigences de la position. Cela signifie que les dirigeants sont exemptés des exigences de l’éthique, si seulement on peut soutenir que leur comportement confère des avantages à d’autres personnes.

Une grande histoire d’horreur d’éthique des affaires apparaîtrait, aux yeux du casuiste, comme un exemple de vertu d’entreprise, sinon de martyre des affaires. Dans la «conspiration des appareils électriques» de la fin des années 50, plusieurs hauts dirigeants de General Electric ont été envoyés en prison. Ils ont été reconnus coupables de conspiration criminelle en violation de la législation antitrust parce que des commandes d’équipement lourd, telles que des turbines, étaient réparties entre les trois fabricants d’appareils électriques des États-Unis, General Electric, Westinghouse et Allis Chalmers. Le cartel avait pour but de protéger Allis Chalmers, la plus faible et la plus dépendante des entreprises. Dès que le gouvernement a détruit le cartel, Allis Chalmers a dû quitter le secteur des turbines et licencier plusieurs milliers de personnes.

Documentez deux décisions de votre carrière où la casuistique a été la base de l’éthique derrière ces décisions. Quelles décisions auraient dû être prises dans ces cas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *