SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

Sans approche holistique les gens et les entreprises décroissent

Les managers se voient offrir une panoplie d’outils, comme l’étalonnage, l’amélioration continue, la qualité totale, l’organisation apprenante ou le tableau de bord de gestion. Présentées comme des panacées, ces solutions relativement simples ont toutefois produit peu d’impacts sur des problèmes complexes, faute d’une approche holistique ou de créativité de la part des managers. Ces outils se concentrent sur des éléments de l’organisation sans tenir compte de l’ensemble, et sous-estiment ainsi les interactions, souvent très importantes, entre les différentes parties du tout.

L’approche holistique met de l’avant une certaine compréhension des ensembles avant celle des parties en utilisant le langage systémique pour étudier l’entreprise et ses composantes : le système organisationnel, les sous-systèmes et les méta-systèmes. Il est nécessaire de comprendre que certains mythes nous semblent moins mythiques que d’autres. C’est-à-dire que, dans leur contexte vital, ils sont plus utiles que d’autres. Ainsi l’approche systémique permet d’acquérir une vision holistique de l’organisation afin que le gestionnaire puisse utiliser un outil particulier en connaissance de cause.

L’étendue du management des systèmes humains a évolué et ses trois composantes principales HMS — c’est-à-dire, l’Humain, les Systèmes et le Management — ont été maillés et intégrés pour former un organisme unique de la pensée, la pensée holistique ou systémique. Les systèmes humains sont des systèmes avec des contenus ou des interactions humaines importantes ou dominantes. Les humains sont la source des interactions des systèmes.  Les systèmes, plutôt que les subdivisions spécialisées, des fonctions ou des départements, sont l’objet de plus en plus de coordination et de management. Il est inadéquat de gérer les affaires humaines par parties.  Le management se réfère à la coordination humaine de l’action humaine dans tous leurs modes et formes efficaces. Aucune des trois composantes ne peut être réduite ou omise sans dégrader l’ensemble : «le tout est plus grand que la somme de ses parties.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *