SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

La gouvernance algérienne et la planification à long terme

Jamais les gouvernants algériens ne se sont trouvés dans une situation telle que la situation actuelle. Ont-ils les compétences, les principes et les connaissances pour gérer cette situation pour le mieux, sinon pour le meilleur, du peuple algérien ? Je ne le pense pas.

L’avenir exige des décisions, maintenant. Cela impose des risques, maintenant. Cela nécessite une action, maintenant. Cela exige l’allocation de ressources adéquates, et surtout de ressources humaines, maintenant. Cela nécessite du travail, maintenant.

L’idée d’une planification à long terme, et une grande partie de sa réalité, repose sur un certain nombre de malentendus. Le long terme est en grande partie fait par des décisions à court terme. À moins que le long terme ne soit intégré aux plans et décisions à court terme, et fondé sur ceux-ci, le plan à long terme le plus élaboré sera un exercice futile. Et inversement, à moins que les plans à court terme, c’est-à-dire les décisions prises ici et maintenant, ne soient intégrés dans un seul plan d’action, ils seront expédients, faciles à deviner et mal dirigés. Le «court terme» et le «long terme» ne sont pas déterminés par un intervalle de temps donné. Une décision n’est pas à court terme, car elle ne prend que quelques mois pour la réaliser. Ce qui compte, c’est le délai d’efficacité. Une planification à long terme devrait empêcher les tenants de la gouvernance algérienne d’étendre sans discernement les tendances actuelles, de supposer que les fondements du système de gouvernance d’aujourd’hui seront les fondements du système de gouvernance de demain et, surtout, de dédier leurs ressources et énergies à la défense d’hier. Tout ce qui est « planifié » devient un travail et un engagement immédiats.

Il est primordial, sinon vital, de concentrer les plans à long terme sur des décisions basées sur des questions telles que : «Que devrait-on abandonner dans le système de gouvernance actuel ? Que devrait-on minimiser ? Sur quoi devrait-on pousser et fournir de nouvelles ressources pour gouverner ?

L’avenir ne se produira pas et ne sera pas le fruit du hasard si l’on ne le souhaite pas assez fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *