SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

L’économie de l’innovation et des opérations

L’innovation a été largement reconnue comme l’un des principaux moteurs de la compétitivité et de la croissance à tous les niveaux de l’analyse, que ce soit pour l’entreprise, pour l’industrie ou pour les nations. Grâce à l’innovation les responsables des opérations peuvent améliorer les opérations et les processus de leurs organisations et entreprises. Cela permettra à ces mêmes responsables des opérations d’acquérir une connaissance globale de ce processus complexe qui donnera une source d’avantage concurrentiel pour leurs entreprises ou organisations, bien entendu, dans la mesure où le processus d’innovation est conçu et mis en œuvre de manière adéquate.

L’innovation est un concept complexe qui nécessite une approche multi-perspective. L’innovation est extrêmement importante dans l’économie et le fonctionnement réels des organisations et son étude implique plus que des principes microéconomiques. Comprendre l’innovation nécessite une certaine compréhension de la théorie économique évolutive.

L’économie de l’innovation est un élément central pour comprendre l’innovation et le changement technologique, ainsi que ses effets sur les entreprises, les industries, la concurrence et nos sociétés. L’économie de l’innovation place l’innovation au centre de l’analyse de l’activité économique. L’économie de l’innovation considère l’innovation comme le principal moteur de la croissance par opposition à l’économie néoclassique, selon laquelle la source de la croissance économique est l’affectation efficiente de ressources rares. La théorie néoclassique considère la société comme un automate à boîte noire poursuivant un objectif de maximisation du profit. Il transforme les entrées atomisées en sorties commercialisables, fonctionnant dans un environnement sans espace et intemporel. Cette perspective a un fort pouvoir explicatif en cas de concurrence pure et parfaite. Cela est également lié à la gestion des opérations, qui est comprise comme une activité aidant les entreprises à fabriquer les produits et/ou des services qui seront vendus aux clients. Cependant, l’argument de la théorie néoclassique en matière de maximisation des profits perd sa validité en l’absence d’informations parfaites pour les prises de décisions et en raison de la complexité des entreprises et des organisations.

Schumpeter définissait succinctement l’innovation comme « simplement faire de nouvelles choses ou faire des choses qui se font déjà d’une nouvelle manière.» La définition générale de Schumpeter implique que l’innovation n’est pas nécessairement fondée sur des principes scientifiques. Le concept de Schumpeter peut être développé en se concentrant sur les produits, les processus et les problèmes d’organisation. Ainsi, on peut redéfinir l’innovation comme étant la recherche, la découverte, l’expérimentation, le développement, l’imitation et l’adoption de nouveaux produits, de nouveaux processus de production et de nouvelles structures organisationnelles. Une définition plus pratique de l’innovation et plus généralement acceptée car elle présente une force qui permet de traduire le concept en pratique. Cette nouvelle définition de l’innovation est relative à la mise en œuvre d’un produit (bien ou service) ou d’un processus nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de marketing ou d’une nouvelle méthode d’organisation dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations externes. A partir de là on peut donner les définitions suivantes :

  1. Une innovation de produit est « l’introduction d’un bien ou d’un service nouveau ou considérablement amélioré en ce qui concerne ses caractéristiques ou ses utilisations prévues. Cela inclut des améliorations significatives des spécifications techniques, des composants et des matériaux, des logiciels intégrés, de la convivialité d’utilisation ou d’autres caractéristiques fonctionnelles.»
  2. Une innovation de procédé est « la mise en œuvre d’une méthode de production ou de livraison nouvelle ou sensiblement améliorée. Cela inclut des changements importants dans les techniques, les équipements et/ou les logiciels »
  3. Une innovation marketing est «la mise en œuvre d’une nouvelle méthode marketing impliquant des changements importants dans la conception ou l’emballage du produit, son placement, sa promotion ou sa tarification.»
  4. Enfin, une innovation organisationnelle est «la mise en œuvre d’une nouvelle méthode d’organisation dans les pratiques d’affaires, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de l’entreprise.»

Toutes ces définitions ont été largement acceptées au niveau international par les décideurs et les organisations, car elles ont été utiles pour mettre en œuvre des politiques d’innovation visant à améliorer les performances de leurs économies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *