SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

La nouvelle entreprise : déployer une solution d’un système «contraint»

Comparée à la hiérarchie traditionnelle, l’entreprise systémique est extrêmement simple. Cette simplicité découle du fait qu’au lieu d’imposer un modèle conceptuel, tel qu’une fonction, dans une entreprise systémique, la nature même d’une entreprise est intrinsèquement simple, c’est ce qu’on appelle la « simplicité inhérente. »

Pour créer une entreprise systémique il est nécessaire de combiner deux éléments les plus fondamentaux d’un système performant, comme l’expliquent les théories de Deming et Goldratt, on doit : 1) Comprendre le système qu’on exploite et sa variation intrinsèque ; et 2) Fournir un mécanisme de synchronisation et de protection permettant une gestion efficace.

L’apport majeur de Deming a été d’insister sur la compréhension et la gestion de la variation. Chaque processus humain est affecté par la variation, car un processus ne peut jamais être répété de manière identique. Une variation mal gérée dans la gestion de projets entraine les dépassements des budgets, des délais et des faiblesses dans la finalité, et en fabrication elle entraîne des rebuts, du gaspillage et de la perte d’argent.

Il est impossible d’éliminer toutes les variations car l’entropie existe et fait partie intégrante de tout processus. Cependant, les méthodes statistiques permettent de comprendre la variation, de la mesurer, de la gérer et de prendre des mesures pour la réduire. Cela nécessite un état d’esprit d’amélioration continue par opposition à la surveillance. En dépit des conséquences désastreuses et coûteuses de l’ignorance de cette réalité, il est surprenant de constater que peu de managers connaissent bien le contrôle statistique des procédés (CSP).

Une fois que la prédictibilité statistique des processus est atteinte, on doit les synchroniser et les protéger des perturbations. Pour ce faire, il est plus efficace d’identifier la contrainte du système, c’est-à-dire l’élément du système qui détermine le rythme auquel le système génère des unités du but de son existence (argent pour une entreprise). L’idée fondamentale de Goldratt est de comprendre qu’on peut gérer un système en se concentrant sur la contrainte, c’est-à-dire en lui subordonnant les autres processus du système pour s’assurer qu’elle fonctionne au maximum. On protège la contrainte de l’impact de la variation sur les autres processus en plaçant un tampon devant celle-ci. L’ensemble du système est planifié autour de la contrainte à l’aide d’un algorithme très précis basé sur une capacité finie.

La rapidité et la fiabilité sont des facteurs essentiels au succès de l’entreprise et de ses employés. L’objectif est donc de créer et de gérer une entreprise systémique basée sur la prédictibilité des processus et la haute synchronisation de ces processus. La seule façon d’y parvenir est d’avoir une structure organisationnelle qui est construite et conforme à cette fin. C’est une structure où : 1) La variation est comprise et gérée par l’application incessante de méthodes statistiques ; 2) Une contrainte physique a été identifiée ; 3) Un processus de subordination (à la contrainte) est créé ; et 4) Un tampon est placé devant la contrainte.

Une entreprise basée sur les principes de Deming-et-Goldratt en est une où elle c’est un système conçu autour d’une contrainte choisie de manière stratégique, capable d’interdépendances efficaces en interne et en externe et capable d’innover en permanence.

Un système de Deming est contraint en un point par l’injection d’une solution qui unifie non seulement les approches de Deming-et-Goldratt, mais elle redéfinit également les idées sur la manière de procéder. Cela revient à : 1) Contrôler le système à travers la contrainte en utilisant la gestion du tampon et l’application incessante de méthodes statistiques ; 2) Mesurer les performances du système avec la comptabilité de gestion, qui est le « Throughput Accounting » ; 3) Concevoir le système d’amélioration continue POOGI, les 5 étapes de convergence de la TOC (Théorie des Contraintes). La compréhension fournie par l’injection (solution) nécessite de solides connaissances pour être transformée en réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *