SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

Archives mensuelles : février 2020

Connaissance, Intelligence et Sens, le triptyque de tout développement durable

Parlons un peu de philosophie et de gouvernance, plus particulièrement du leadership. Conformément à la doctrine politique d’Aristote, lorsque plusieurs objets sont ordonnés à une certaine unité, l’un d’entre eux doit être le guide qui régit les autres. L’union du corps et de l’âme en est un exemple patent : l’âme commande et le corps obéit. De même, au sein des puissances de l’âme, l’irascible et le concupiscible sont naturellement gouvernés et ordonnés par la raison. Or tous les arts et toutes les sciences tendent vers un seul but : la perfection humaine, qui n’est autre que le bonheur. C’est pourquoi l’un d’entre eux doit nécessairement diriger les autres. Celui-ci revendique alors à juste titre le nom de sagesse car le propre du sage est de les ordonner. La prospérité (le bonheur) repose sur un triptyque dont les composantes sont interactions dynamiques : les humains, les gens et la nature. Une simple variation dans un des composants affecte les deux autres de manière heureuse ou malheureuse.

Pour étudier cette science du leadership, et délimiter son domaine, il faut d’abord observer attentivement la façon dont il convient de diriger. Aristote a écrit « les hommes à l’intelligence vigoureuse dominent et dirigent naturellement les autres, tandis que ceux qui ont la robustesse physique, mais des facultés intellectuelles limitées, doivent naturellement être gouvernés.» De la même façon, sera naturellement directrice la science la plus intellectuelle, c’est-à-dire celle qui se tourne vers les réalités les plus intelligibles. Aujourd’hui la science la plus intellectuelle en management des organisations pour bâtir toute stratégie est la Théorie des Contraintes(TOC). C’est le nouveau paradigme dans le management des opérations industrielles et institutionnelles.

Aussi, or on peut donner trois façons d’être plus intelligible :

  • En regardant la démarche de la connaissance. La source de la certitude intellectuelle parait en effet être ce qu’il y a de plus intelligible. Comme l’intelligence acquiert une certitude scientifique à partir des causes, la connaissance de ces dernières a donc le plus haut degré d’intellectualité. Aussi la science des causes premières est-elle le plus vraisemblablement celle qui dirige les autres. Or avec la TOC la contrainte du système est toujours la cause première de tout problème. Toute solution viable et durable ne peut se faire sans lever la contrainte du système.
  • En comparant l’intelligence aux sens. L’intelligence diffère des sens en ce que ceux-ci donnent une connaissance du singulier, tandis que celle-là embrasse les universels. La science la plus intellectuelle est donc celle qui se tourne vers les principes les plus universels, lesquels sont l’être et ce qui s’y attache, comme l’un et le multiple, la puissance et l’acte, etc. Les choses de ce genre ne doivent pas rester à jamais indéterminées, car on ne peut avoir sans elles une connaissance complète de ce qui est propre aux différents genres d’êtres et à leurs espèces. Elles ne doivent pas non plus faire l’objet d’une science supplémentaire, car elles sont nécessaires pour connaître chaque genre de réalité, de sorte que chaque science devrait les étudier au même titre. Reste par conséquent la solution d’en traiter dans une science commune, qui sera la plus intellectuelle et dirigera les autres. Ici, on peut parler de la synergie TOC-Lean-Six Sigma. Le flux se retrouve à l’intersection de ces trois philosophies de management. Le sens dans ce cas est que le retour sur investissement doit toujours être en progression continue. Ainsi donc, l’intelligence doit être assujettie au sens.
  • En s’arrêtant sur la connaissance même de l’intelligence. Comme la capacité de toute chose à être connue est fonction de son détachement de la matière, est le plus intelligible ce qui en est le plus libre. L’intelligible et l’intelligence sont adaptés l’un à l’autre, et de même genre, car ils deviennent un seul acte. Sont par ailleurs les plus détachées de la matière les réalités qui non seulement sont abstraites de leur conditionnement individuel, comme les formes naturelles considérées dans leur universalité, et dont traite la philosophie de la nature, mais même sont abstraites de tout aspect sensible de la matière. Et cette séparation n’est pas seulement le fait de la raison, comme pour les mathématiques, mais aussi de l’être. Aussi la connaissance de ces réalités est-elle la plus intellectuelle et la reine des sciences. Reconnaître la réalité est la première étape pour toute réflexion stratégique. Or on ne peut reconnaître la réalité que si l’on change de paradigme. Ici, ce n’est pas une question de qui le premier l’œuf ou la poule. Non la sagesse dicte que si l’on veut progresser à travers la résolution d’un problème, la première étape est de changer de paradigme (changement de perception). Cela ne peut se faire qu’à travers un processus d’apprentissage pour acquérir d’autres connaissances afin de remettre en cause la raison qui est temporelle.

 On ne peut accorder à des sciences différentes chacune de ces trois caractéristiques (connaissance, intelligence et sens), mais toutes vont à la même, car ce sont ces substances séparées dont on a parlé, qui sont les universels et les causes premières de l’existence. Il revient à une même science d’étudier un genre de réalités donné et les causes propres de ce genre. La philosophie de la nature, par exemple, étudie les principes des corps physiques. C’est donc une même science qui doit aborder l’être en général et les substances séparées, le premier étant le genre dont les secondes sont les causes universelles.

Si cette science étudie les trois points que l’on a soulevés, la notion générale d’être en est cependant le seul sujet, à l’exclusion de tout autre. Le sujet d’une science est en effet ce dont on cherche les causes et les attributs, et non ces causes elles-mêmes. La connaissance des causes d’un genre de réalités est plutôt la perfection à laquelle une science peut parvenir. Quoique le sujet de notre science soit le fait d’être en général, il vaut tout à fait pour ce qui est indépendant de la matière et pour exister et pour être compris, car sont ainsi non seulement les êtres qui ne peuvent en aucun cas exister de façon matérielle, mais aussi ceux qui peuvent parfois se passer de la matière, comme le fait d’être par exemple, ce qui ne saurait arriver si leur existence était liée à la matière.

Pour Prospérer, Changer Nos Croyances En Premier

Nous continuons à faire la «bonne chose», sans jamais s’arrêter longtemps à se demander si c’est « la bonne chose à faire.» Pouvez-vous voir que nos croyances de tous les jours, ces choses si profondément ancrées dans notre subconscient, nous dictent de faire la mauvaise chose pour les systèmes industrialisés et institutionnels – à chaque fois ? En fait, absolument tous les temps, à moins que nous nous engagions à apprendre à faire autrement.  Ce que nous avons appris de nos croyances de tous les jours comme meilleur n’est pas tout à fait le mieux pour un environnement industriel ou institutionnel. C’est la question fondamentale qui rend la Théorie des Contraintes si puissante. Comme Deming avait dit : « il ne suffit pas de faire de notre mieux, nous devons savoir ce qu’il faut faire, et ensuite faire de notre mieux. » Si nous pouvons faire la transition nous sommes « libérés », et si nous ne le pouvons pas nous sommes alors « piégés » : c’est le paradoxe systémique fondamental. Pouvons-nous apprendre à résoudre ce problème apparent des contraires? Bien sûr que nous le pouvons, dans ma vie professionnelle, je l’ai vu se passer tant de fois. Changer, après tout, n’est qu’un changement de signification, c’est-à-dire, de point de vue, ou de pensée dans la prise de décision. Examinons, alors, ce changement de signification.

Vous voyez, dans nos « vieilles » croyances ordinaires il doit y avoir des semences de la compréhension des «  nouvelles » croyances industrielles et institutionnelles. Et, au sein des « nouvelle » croyances industrielles, il doit y avoir les restes des idées de nos « vieilles » croyances ordinaires. Où est la semence? Et où est le reste? Eh bien, le reste est plus facile à trouver. Nous devons condenser nos vieilles stratégies de la maximisation de presque tout la plupart du temps à seulement peu de choses en tout temps. Nous faisons cela si naturellement, c’est la contrainte, le membre le moins fort, le goulot d’étranglement. La maximisation signifie avoir une stratégie visant à tirer le meilleur parti de la très rare ressource que constitue la contrainte. Que dire alors de la semence? Nous devons élargir considérablement nos croyances de tous les jours de subordination jusqu’à ce qu’elle embrasse toutes les autres parties du processus industriel ou institutionnel à l’exception de la contrainte. C’est ainsi que nous allons coordonner le reste du système autour du point que « nous avons fixé. »

Nous devons coopérer en interne plutôt que de se concurrencer les uns avec les autres. Nous économisons la concurrence pour les autres systèmes externes et non pas pour l’intérieur de notre propre système interne. Intérieurement, tous les points ou les parties ont une obligation de soutenir, de coopérer, et de collaborer, avec la contrainte pour l’avantage de toutes les parties du système dans son ensemble. Nous devons concentrer ou compresser la maximisation, et nous devons étendre la subordination. Le changement de signification est vraiment dans l’applicabilité. Et, l’application est du domaine dépendant. Cela ne pourrait pas être beaucoup plus facile! Permettez-moi de vous montrer ce que je veux dire, à travers un modèle.

Nos croyances de tous les jours en tant qu’individus et en tant que membres de réseaux sociaux sont d’un côté formant un domaine. Et nos croyances industrielles ou institutionnelles sont de l’autre côté formant un autre domaine. Nous pouvons caractériser chaque domaine avec certains descripteurs supplémentaires. Indépendance dans un domaine, et de la dépendance dans l’autre domaine. L’accent mis sur les parties dans un domaine, et une focalisation sur l’ensemble dans l’autre domaine. Une prédisposition pour la maximisation dans un domaine, et une prédisposition à la subordination dans l’autre domaine. Comme nous nous déplaçons de gauche à droite, à partir du domaine de nos croyances de tous les jours au domaine de nos nouvelles croyances industrielles, nous devons entièrement concentrer nos stratégies de maximisation de presque tout presque partout de l’époque, à juste peu de choses, sans doute une, tout le temps. Et nous devons élargir considérablement nos stratégies de subordination jusqu’à embrasser toutes les autres parties du processus. Chaque ensemble de croyances fonctionne avec une validité totale au sein de chaque domaine distinct. Mais nous devons nous engager à suspendre nos croyances de tous les jours, assez longtemps, pour comprendre le nouvel environnement.

Aussi longtemps que nous permettons à nos croyances ordinaires de déterminer nos politiques, les mesures, et la performance, nous ne serons pas capables d’opérer des processus industriels et institutionnels. Nos politiques, nos mesures et la performance actuelles sont un report de la pré-industrialisation, elles étaient bonnes en ce temps là, mais maintenant elles sont totalement hors du domaine de synchronisation avec la vie moderne et la compétitivité. C’est pourquoi les initiatives de changement qui commencent avec l’environnement et les comportements ne fonctionnent pas. Nous devons changer nos croyances en premier. Et honnêtement, avons-nous vraiment changé nos croyances? Je pense que nous avons juste changé un peu les significations (des changements dans le système) en fonction de leur applicabilité. Vous voyez, si nous ne pouvons relâcher nos croyances, et par conséquent nos capacités et nos comportements, juste assez longtemps pour apprendre à se réajuster, Il y aura alors un énorme bond de productivité qui nous attend. L’adage «travailler plus intelligemment pas plus difficile » a été énoncé depuis le début des années 1900. Nous pouvons faire cela, nous pouvons le faire pour la production, pour la gouvernance, pour les projets, pour de la distribution, pour les finances, pour de la stratégie, en fait, pour tout aspect des processus d’affaires industriels et institutionnels modernes.

Sans la TOC le BI (Business Intelligence) est une Chimère

Dans ce qui suivra nous allons démystifier certaines croyances en ce qui concerne le BI (Business Intelligence). En effet, une grande majorité d’entreprises tâtonnent, autrement dit bricolent, en voulant faire intégrer des concepts de management dans un système d’information tels que les ERP, CRM, SCM, APS ou MES. En effet, j’ai remarqué que l’approche de ces entreprises est basée sur une perspective technologique, c’est-à-dire une approche gadget. Cela qui réduit grandement la réussite de tels projets, qui dans la quasi majorité sont ratés. Cette façon de voir ne permet pas d’obtenir le contrôle de l’entreprise en faisant en sorte que les gens réagissent toujours à posteriori. Cette façon de faire est un élément indicateur qu’ils ne connaissent pas leur entreprise.

Dans son sens le plus fondamental, le BI doit fournir aux managers des informations pour savoir ce qui se passe dans l’entreprise. Sans le BI, les managers peuvent parler de la façon dont ils «prennent les décisions à l’aveugle» sans aucune idée avant que les chiffres financiers trimestriels soient publiés. Grâce au BI, l’information est accessible plus rapidement et de façon plus flexible pour donner une idée sur : 1) Comment les ventes sont-elles suivies dans diverses régions et par différentes lignes de produits? 2) Si les dépenses sont conformes au plan ou dépassent le budget. 3) Si les capacités d’entreposage sont à des niveaux optimaux. 4) Si les pipelines des ventes sont là où ils devraient être.

Il faut savoir que le BI n’est pas : 1) Un produit qui peut être acheté et installé pour résoudre tous vos problèmes « hors de la boîte ». 2) Seulement une technologie. 3) Une méthodologie avec des solutions technologiques appropriées et des changements organisationnels.  Si ce qui d’être cité n’est pas le BI, alors c’est quoi au juste le BI?  Le BI combine des produits, des technologies, des méthodes et des pensées de management (nous vous suggérons de lire le livre de Mr E. Goldratt : « The haystack syndrome : sifting information out of data ocean ») pour organiser les informations clés dont le management a besoin pour améliorer les profits et les performances. Plus généralement, il faut considérer le BI comme des informations d’affaires et des analyses d’affaires dans le contexte des processus métiers clés qui mènent à des décisions et à des actions et qui se traduisent par une amélioration de la performance d’affaires. En particulier, le BI consiste à tirer parti des actifs informationnels dans le cadre des processus métiers clés pour améliorer les performances de l’entreprise. Il implique des informations d’affaires et des analyses qui sont utilisé dans un contexte de processus d’affaires clés; soutenir les décisions et les actions; et conduire à une meilleure performance des affaires.

Une autre question à se poser : comment prétendre faire du BI si on ne connaît pas à priori son entreprise ?  Connaître son entreprise est relatif à la prise des décisions à tous les niveaux sans effets contradictoires et leurs impacts à priori sur les indicateurs suivants : ROI, Profit Net, Rotation des Stocks et Productivité. Ainsi, les entreprises implémentent des gadgets et se retrouvent souvent à éteindre des feux. La raison est simple, elles ne savent pas que la première étape est de repenser, reconstruire et synchroniser deux processus fondamentaux : le processus de planification de la demande et le processus d’exécution de la demande, calés sur les exigences des clients exprimés et non exprimés. Le tout sur la base de la Théorie des Contraintes (TOC). Car le pilotage de l’entreprise à priori ne peut se faire qu’a travers les trois indicateurs de la TOC, c’est une condition sine quoi none. Sans cette étape, ça sera une perte de temps et d’argent pour les entreprises qui veulent mettre en œuvre le BI.

Sans de solides moteurs des activités d’affaires (business drivers) et sans alignement sur les objectifs d’affaires stratégiques de l’entreprise, le projet Business Intelligence comme soutien à la décision peut être défaillant. Supposons, par exemple, que l’entreprise souhaite augmenter ses revenus en réduisant les délais de mise sur le marché. Cela se traduit par la construction d’applications de BI aussi rapidement que possible, quels que soient les autres effets que cela pourrait avoir (par exemple, lorsque la vitesse augmente, la qualité diminue). En outre, supposons que l’objectif de l’application BI est de réduire les coûts d’exploitation en augmentant la productivité. Cela conduit à la création d’applications de BI qui apportent des améliorations au processus métier, peu importe ce qu’il faut (par exemple, à mesure que la qualité augmente, la vitesse diminue). Dans cet exemple, l’objectif stratégique de l’entreprise et l’objectif de l’application du BI sont tous les deux des facteurs d’affaires importants pour la création d’une solution BI. Cependant, étant donné que l’objectif stratégique et l’objectif de l’application BI ne sont pas compatibles en termes de vitesse et de qualité, il sera difficile d’obtenir le soutien de la direction pour cette application BI.

Si on doit simplifier pour comprendre le Business Intelligence (BI) cela équivaut à une connaissance et à un aperçu de la dynamique de quatre domaines ou perspectives : 1) la maîtrise des coûts à travers l’augmentation du throughput; 2) la connaissance des besoins clients; 3) le positionnement par rapport aux concurrents ; et 4) les compétences requises. Il faut penser à ces 4 domaines « en dehors de la boite noire » (en dehors des limites des cadres mentaux). Lorsqu’il est fait et implanté correctement, le Business Intelligence (BI) a un énorme potentiel avéré pour améliorer les profits et les performances d’une entreprise. S’il est mal fait, c’est une perte de temps et d’argent. Avec le BI, il faut s’assurer que les décisions, qui conditionnent les résultats du « bottom line » – c’est-à-dire le ROI, le Profit Net et la Productivité – sont prises correctement à priori et non pas à postériori. Seule la TOC permet cette qualité dans les prises des décisions à travers ses 3 indicateurs de pilotage : Throughput, Valeur des stocks et Dépenses de fonctionnement (T, I et OE).

L’intégration TLS : Le Cœur de l’Excellence Entrepreneuriale

Bien qu’il existe de nombreuses façons de s’améliorer, de nombreuses entreprises ont investi dans au moins l’une des trois méthodes d’amélioration les plus répandues : la Théorie des contraintes (TOC), Lean ou Six Sigma. Dans la plupart des cas, les experts de l’entreprise ont passé un temps considérable à maîtriser l’une de ces trois et à passer du temps à essayer de montrer les performances de leur investissement. Les pressions pour passer à autre chose sont apparues. Mais pour beaucoup – alors que l’objectif pour toutes les trois est d’améliorer la performance de l’entreprise – ils ont une mentalité de « l’une ou l’autre».

Pourquoi certaines tentatives d’intégration ont fini par n’être intégrées que dans le nom? Certaines des raisons semblent être : 1) Les méthodologies étaient considérées comme des «outils dans une boîte à outils», où chaque outil était perçu comme le meilleur pour des utilisations particulières ; 2) L’expertise dans toutes les méthodologies n’est pas disponible, rendant impossible une véritable intégration ; et 3) Un processus d’intégration efficace pour les trois méthodologies n’a pas été développé.

Dans l’intégration de la TOC – LEAN et SIX SIGMA, #SCIQUOM a développé un processus d’intégration à qui on a donné le nom de SCEAM qui veut dire : Stratégie – Concevoir -Exécuter -Améliorer – Maintenir. C’est à travers ce processus que nous avons géré la transformation de #MINIROS. A travers un bilan qui porte sur les années 2015, 2016, en 2017 (en 4 mois), #miniros à réalisé une performance révolutionnaire autrement dit une percée sur les indicateurs suivants : ROI, rotation des stocks, rentabilité, valeurs des stocks, profit net, dépenses de fonctionnement et bien entendu le throughput. Bien entendu, il ya eu aussi un processus de gestion du changement à travers lequel il fallait un changement de perception de l’ensemble des employés de l’entreprise, allant du PDG au chefs de service.

Le fait de suivre le processus SCEAM de #sciquom, permettra d’élimine le besoin pour une entreprise de devoir «choisir» une méthodologie ou d’utiliser de façon aléatoire l’approche «boîte à outils». L’entreprise peut utiliser l’intégration complète de la TOC, du Lean et de Six Sigma afin d’obtenir une amélioration ciblée du système qui permet d’atteindre une performance réelle et durable.  Cette approche est éprouvée et elle a été mise en œuvre chez #miniros avec des résultats révolutionnaires en ci-peu de temps.

#SCIQUOM peut vous aider à intégrer efficacement ces 3 approches à travers son processus SCEAM.

Sensibilisation aux Enjeux de la Modernité : Partie 2

Il est important de connaître l’histoire du christianisme et l’histoire du judaïsme, car il n’est pas possible pour les musulmans de rester ignorants bien plus ignorants qu’au temps du Coran lui-même, puisque le Coran parle abondamment du judaïsme et du christianisme. Donc, pour les musulmans ces religions ne les concernent pas car pour eux elles sont fausses. Elles sont abolies et ce n’est pas important d’en parler ni de les étudier. Cette façon de voir les choses est très grave et importante.

Nous introduisons les faits crescendo en mettant en évidence des points de repères et de placer des jalons en construisant petit à petit les enjeux historiques, philosophiques, scientifiques, politiques et théologiques. Cela veut dire les enjeux de la modernité pour notre vie citoyenne moderne en tant que musulman d’aujourd’hui. Progressivement nous essayons de sensibiliser à la nécessite absolue et urgente, par exemple de ne pas nous contenter de faire de l’excellence en management mais dans la tête dès qu’il s’agit de religion, de culture, etc.… on perd les pédales, si nous ne sommes pas informé du fonctionnement de la modernité.

Lorsque les turcs ottomans se sont emparés de Constantinople ils ont commis un acte que d’autres cultures vont commettre après eux. Il y avait à Constantinople une grande cathédrale, la basilique Sainte-Sophie, maintenant elle s’appelle « Aya Sophia » que vous pouvez encore visiter aujourd’hui à Istanbul. Elle a toujours la forme et l’architecture d’une cathédrale. Mais, pour affirmer sa puissance le pouvoir Ottoman islamique a transformé cette cathédrale en mosquée. Cet acte a son importance, car on va le confirmer  par la suite par l’exemple de la mosquée de Cordoue construite par le calife Omeyyade EL-Hakam II, la plus belle et la plus large mosquée du monde. Le Roi Charles Quint, roi catholique, après avoir expulsé les musulmans et les juifs d’Espagne a transformé la mosquée de Cordoue en église. Pour lui il a épuré en quelque sorte l’Andalousie de la nuisance d’une religion fausse. Vous voyez, en transformant une cathédrale en mosquée et en transformant une mosquée en cathédrale c’est comme si chacun dit à l’autre « ta religion est fausse. » Et, « parce qu’elle est fausse je dois la faire disparaitre. » Dans ce contexte personne n’avait le privilège de dire « non moi je n’ai pas fait çà ! ». Nous l’avons tous fait et nous continuons à le faire. Et, nous continuons à penser aujourd’hui que les juifs et les chrétiens n’ont pas le droit de rentrer dans une mosquée. Alors que dans une église il ya aussi une salle de prière où tout le monde rentre sans distinction. Pourquoi cela ? C’est simple, d’un côté la modernité est passée alors que de l’autre côté on a fermé la porte à la modernité.

Maintenant on va faire une comparaison entre ce qui s’est passé du 6ème au 13ème siècle dans la pensée et la civilisation islamique, et ce que va se passer en Europe dans la pensée chrétienne. Étant donné que toute l’Europe est chrétienne on va décrire ce qui s’est passé dans la religion chrétienne en Europe, d’une part, et ce qui va se passer pour la construction de l’état moderne en Europe, c’est-à-dire l’avènement d’un état moderne en Europe, d‘autre part. Il ya deux grands évènements, au 16ème siècle un allemand nommé Luther qui était catholique – obéissant au pape et aux enseignements du pape (la hiérarchie catholique qui définit la croyance orthodoxe chrétienne, c’est comme les sunnites qui se présentent comme garants de l’orthodoxie musulmane par rapport aux autres) – dit quelque chose de révolutionnaire à l’intérieur de l’église catholique. Il dit que les évangiles et la bible sont un texte que tout chrétien a le droit de lire, d’interpréter et de discuter ensuite avec les autres chrétiens. Autrement dit que l’interprétation des évangiles et de la bible n’est pas le monopole du pape, des évêques et des conciles (réunions des évêques à Rome sous l’autorité du Pape pour prendre une décision). Vous allez comprendre les conséquences pour les chiites et les sunnites en islam, car c’est à cela que sert l’étude comparée des religions. Quand on fait ce genre d’étude on comprend mieux ce qui ce passe chez nous.

Donc, Luther brise un principe théologique. Il institut le droit du libre examen des écritures. Comme on dirait aujourd’hui libre examen du coran. Ce n’est certainement pas cheikh El-Kardaoui qui a autorité, d’ailleurs aucun musulman n’a autorité, pour l’islam sunnite on n’a pas besoin de Luther. Les chiites ont une hiérarchie mais les sunnites n’ont pas de hiérarchie. Dans l’islam chiite l’imam est infaillible, c’est-à-dire que l’interprétation du coran donnée par l’imam fait autorité, comme l’interprétation du pape qui est devenue infaillible mais plus tard au 19ème siècle. Cela veut dire que l’imam ne peut pas se tromper et le pape ne peut pas se tromper car ils sont éclairés par la grâce de Dieu.

On a parlé de théologie, comment disons-nous théologie en arabe? Il faut savoir que « ilm el-lahout » est une traduction que nous avons prise chez les arabes chrétiens, chez les libanais, chez les chrétiens d’Irak, chez les arabes du proches orient. « El-lahout » n’est pas le mot arabe qui est employé dans l’islam classique (entre le 6ème et le 13ème siècle). Dans l’islam classique on appelle théologie « ilm el-kalem ». C’est une discipline essentielle pour toute religion. Dans l’islam d’aujourd’hui nous ne faisons plus de théologie, on s’occupe uniquement des « ibadates », ou on va voir le mufti pour avoir une réponse quand on a une petite question à poser. Cela n’est pas du tout « ilm el-kalem », en principe un public musulman cultivé sait de quoi il s’agit quand on prononce « ilm el-kalem ». Quels sont les grands théologiens musulmans ? Ils sont tous entre le  6ème et le 13 ème siècle. On découvre où nous en sommes et pourtant on est tous de bons musulmans.

Là il faut bien planter le clou avec Luther. En quoi le geste de Luther est un acte de modernité? C’est-à-dire de quelque chose qui n’existait pas auparavant et que désormais elle va exister? C’est le droit à l’esprit humain, à l’attitude critique vis-à-vis d’un texte sacré. Ce qu’il faut souligner ici est une caractéristique sine qua non : il ne peut y avoir de modernité s’il n ya pas de responsabilité critique de la raison (ceux qui suivent mes cours en management peuvent connecter à une certaine image que je présente quand je veux expliquer de qu’est la qualité). Or, il ya une différence considérable entre la responsabilité critique de la raison à l’intérieur de la pensée théologique comparée à la responsabilité de la raison à l’intérieur de la philosophie. Alors, quelles est la différence entre la responsabilité critique du théologien qui travaille sur les textes sacrés, qui essaye de comprendre et d’expliquer aux croyants ce que veulent dire les textes sacrés, et la responsabilité du philosophe ? Cela est le nerf de la modernité, si on ignore ça il n’ya pas de modernité. Quelle est la différence ? C’est le doute !  

On peut aussi se poser d’autres questions : quel doute et de quelle manière se manifeste le doute ? Et comment conduire le doute ? C’est le doute effectif, le doute dynamique, le doute créateur, le doute qui conduit à des résultats nouveaux. Cela s’appelle le doute méthodique, et la méthode sont les règles qui conduisent l’esprit humain lorsqu’il est en activité d’intelligence. C’est comme la gymnastique du corps si on ne fait pas de gymnastique on sait ce qui adviendra de notre corps. Mais on s’occupe plus de notre corps que de notre intelligence. C’est pour cela qu’il faut dénoncer les systèmes éducatifs qui ont été mis en place après les indépendances, c’est-à-dire du départ du colonisateur chargé de tous les maux de la terre, le mal absolu.

Avec l’axe du mal qu’est la colonisation, nous avons eu la possibilité de reprendre contact avec la pensée philosophique. Car, la pensée philosophique et la raison philosophique qui se sont développées en islam classique et qui a joué un rôle fondamental dans l’enrichissement de la pensée religieuse théologique, dans l’enrichissement de la pensée scientifique, dans l’enrichissement de la pensée philosophique et dans la pensée historique ont disparue. Les foukahas les on éliminé. Le pauvre Averroès a été poursuivi alors qu’il était un grand magistrat à Cordoue. Malgré son titre Averroès tremblait devant les foukahas comme beaucoup d’intellectuels aujourd’hui tremblent devant l’opinion publique de ceux qui contrôlent aujourd’hui l’orthodoxie musulmane. A suivre….

Le Programme du Gouvernement, Des Mots rien que des Mots ?

Je commencerai mon introduction par une phrase que je n’arrête d’exprimer : « tout système génère ses propres mesures ! » Quand nous parlons de système on vise « l’état d’esprit (mindset)» de tous les gens qui gravitent autour de la gouvernance de ce pays. C’est-à-dire ceux qui élaborent les règles, ceux qui les avalisent et ceux qui sont censés de contrôler leur bonnes application. Il faut dire  que tout ce beau monde est dans le même état d’esprit, c’est-à-dire ils sont tous dans le même cadre de perception. Lorsque j’écoute mes compatriotes porter un regard critique sur les résultats de cette gouvernance ils disent souvent « ils font exprès ». Je me suis toujours insurgé vis-à-vis de cette façon de voir en expliquant que tous ces gens sont de bonnes fois, ils ne font pas exprès mais c’est tout ce qu’ils savent faire. Ils sont dans leurs cadres de perception, dans leurs paradigmes. C’est avec de bonnes intentions que les bonnes gens rendent les processus de gouvernance pires.

J’ai attentivement lu le programme présenté par le chef du gouvernement, Mr Djerad, au parlement algérien. Je ne remets pas en cause la bonne foi de tout ce beau monde. Dans la mesure où ce programme n’est là que pour parer au plus pressé aux affres d’une inconscience néfaste de gouvernance durant vingt ans, on peut y croire. Mais vouloir présenter ce programme comme une vision du futur, alors là, je peux dire que c’est de la chimère.

Pourquoi nous disons cela? La réponse est toutes simple : les gens, les bonnes gens, sont dans le même système de raisonnement. On ne peut prétendre développer une vision du futur sans changement de perception. Et, le changement de perception ne peut avoir lieu qu’à travers de l’apprentissage, c’est-à-dire apprendre de nouvelles connaissances et développer un esprit d’analyse holistique. Car on s’élève par la connaissance pour pouvoir prétendre tirer les gens et le pays vers le haut. Or, ce que j’ai remarqué qu’en Algérie aussitôt que quelqu’un a une titre, quelque soit le niveau de responsabilité, je ne sais pas par quel sacro-saint miracle toutes la connaissance et l’état d’esprit qu’il faut relativement à la responsabilité de ce titre lui est rentré dans la tête. Nous n’arrêtons pas de mentir à soi, de mentir aux autres et de mentir à Dieu en toute bonne foi. C’est le cadre conceptuel de la plupart de mes compatriotes, car on confond entre modernité et modernisation. La modernité est la production intellectuelle de la connaissance avec un esprit critique. La modernisation c’est « l’accessoire » produit par la modernité. L’utilisation de tous les accessoires de la modernisation ne veut pas dire qu’on est moderne. Par exemple avoir une Mercedes mais l’état d’esprit est au niveau de la charrette ne fera que transformer la Mercedes en charrette plus confortable, c’est là la différence entre la perception et la réalité. Et c’est cela qui est dangereux au développement humain. Dans le système de gouvernance algérien,  qui se distingue engendre le dédain et chacun utilise le pouvoir qui lui a été conféré pour étouffer toute distinction intelligente. Cela on le rencontre dans tous les domaines de la vie.

Encore une question : De toutes ses bonnes gens qui ont gouverné ou qui gouvernent actuellement, aucun d’eux n’a eu l’occasion de développer une vision viable qui croît à travers un processus d’amélioration continue, ce serait-ce que pour un magasin. Alors comment diable prétendre développer une vision pour tout un pays avec tout ce que cela implique? Nous gérons nos organisations comme nous gérons notre spiritualité, on se contente du conforme, de l’apparence, mais ont est loin des fondements intellectuels et de l’état d’esprit qui reflètent cette apparence. Cela a engendré en nous une culture de l’apparence par l’utilisation de mots dont on ignore « le sens ».

Parler d’excellence sans savoir ce que cela implique comme fondements est insensé. Parler de développement humain sans savoir ce que cela implique est une imposture. C’est comme vouloir aller sur la lune avec une fusée en bois. A la question d’un journaliste, en 2007, comment nous voyons l’Algérie ? J’ai répondu « une fusée en bois, car ceux qui sont sensés construire cette fusée sont des menuisiers. Ses gens sont de bonne foi et ils font se qu’ils savent faire. »

L’invention de la roue était sans aucun doute une innovation impressionnante. Cependant, ce sont les innombrables fois où la roue a été réinventée qui a conduit l’industrie des transports où elle en est aujourd’hui. Sans la réinvention de la roue, nous serions toujours coincés à essayer d’utiliser le design original. Il est alarmant de voir combien de dirigeants et de managers ont obstinément adhéré à l’esprit «ne réinventez pas la roue». Pourquoi ne voudriez-vous pas réinventer la roue? Votre objectif est-il de réduire les coûts ou d’atteindre l’excellence stratégique? Voulez-vous rester dans votre état actuel pour toujours, ne jamais grandir et ne jamais positionner notre pays dans le monde comme un excellent? Si oui, alors, «ne réinventez pas la roue». Ne réinventer pas une autre façon de gouverner !

Sauter une phase d’analyse sans changer de perception est un élément indicateur qu’on ne veut pas réinventer la roue. La phase d’analyse est conçue pour faire bouger les choses. Elle est conçue pour forcer la gouvernance algérienne à poser les questions difficiles. Elle entraîne une nouvelle façon de penser. Elle met en évidence les défauts de la roue « pour la réinventer ». En d’autres termes, cela crée une opportunité pour les gouvernants de notre pays de demander : « La façon dont nous avons toujours fait cela est-elle vraiment la meilleure façon de le faire? « Et, « Comment pouvons-nous améliorer notre approche et prendre notre juste place dans le monde moderne développé? »

L’excellence stratégique ne consiste pas à se contenter de votre zone de confort. Il s’agit de développer une réflexion stratégique afin de stimuler l’innovation. L’innovation mentale en est le pré requis, c’est-à-dire un changement de paradigmes. Il s’agit d’identifier puis de combler le fossé entre où notre pays est et où on aimerait qu’il soit. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas de savoir qui a créé la roue, mais de savoir qui a la meilleure roue ou qui a une roue unique. Atteindre l’excellence stratégique, c’est réinventer la roue. Les gens qui gouvernent actuellement ont-ils la capacité de réinventer la roue? Je doute très fort. Le doute est l’élément principal de la production intellectuelle est de la modernité.

L’approche d’analyse présentée par le programme du gouvernement ne c’est pas concentrée sur le développement de la compréhension. Cette approche ne fait que gérer les effets, elle n’a en aucun cas effleuré les causes. Preuve en est, le Premier Ministre n’a fait que mettre sur le « dos des autres » les raisons de l’état actuel de notre pays. Il n’a pas traité le processus de recherche de la compréhension comme l’aspect le plus précieux de l’analyse. Bon nombre des défis évidents présentés sont en fait des symptômes de problèmes sous-jacents. Prendre le temps de développer une compréhension intime de la gouvernance algérienne permettra de se concentrer sur la guérison des causes profondes cachées des problèmes plutôt que de simplement soulager les symptômes les plus visibles. Un soulagement durable des symptômes se produira seulement une fois les problèmes sous-jacents résolus.

Une compréhension intime de la gouvernance algérienne ne peut être est obtenue qu’en abordant l’analyse sous plusieurs angles de manière holistique. Premièrement, les scénarios futurs potentiels sont examinés en détail, y compris le meilleur des cas, le pire des cas et les scénarios les plus probables. Chaque scénario est analysé pour évaluer plusieurs impacts potentiels sur le pays, tels que les impacts financiers, les impacts culturels et les impacts opérationnels. Deuxièmement, la gouvernance du pays est analysée d’un point de vue interne. L’analyse interne comprendra l’examen de divers aspects internes, tels que la culture, les opérations et les compétences de base. Enfin, la gouvernance du pays est analysée d’un point de vue externe. Une analyse externe prend en compte notre positionnement dans le monde, les impacts environnementaux, les changements économiques, les opportunités potentielles et les relations avec les autres pays du monde.

L’analyse nécessitera également la contribution de plusieurs personnes clés de l’intérieur et de l’extérieur des institutions gouvernementales. Il faut voir la gouvernance du pays de telle manière à développer une compréhension «de haut niveau» complète. Obtenir plus de perspectives fournira des informations précieuses et travaillera à briser les biais individuels.

L’analyse est le fondement sur lequel est bâtie toute la stratégie. Investir du temps et des ressources dans l’analyse rapportera des dividendes importants à long terme. Présenter un programme comme étant une vision du futur en ci peut de temps, c’est insensé. Cependant, lorsque vous effectuez votre analyse, il est essentiel de garder à l’esprit l’objectif de l’analyse. Le but est d’acquérir une compréhension suffisante des problèmes sous-jacents et des opportunités manquées afin qu’ils puissent être résolus. Ce programme se concentre plus sur les symptômes, cela ne permettra pas du tout à trouver la solution, la bonne solution. Les penseurs analytiques au sein du gouvernement ont développé une grande capacité à identifier les problèmes. Les problèmes qui sont au centre de l’attention du programme du gouvernement sont les symptômes d’un problème systémique plus vaste et de «niveau supérieur» et la résolution du problème spécifique ne fait que déplacer le problème vers un système différent. Les membres du gouvernement sont des experts pour soulever les problèmes, mais ne sont pas experts dans le développement de solutions systémiques de haut niveau.

Les grandes Opportunités sont Brillamment Déguisées en Problèmes Insolubles !

Je vais commencer mon écrit par cette réflexion : « on doit réactualiser et renforcer la culture en Algérie pour que les gens se concentrent davantage sur la création de valeur. On doit changer la façon dont les gens pensent afin de faire croître le pays, plutôt que de simplement brûler son précieux contenu. »

Le but de cette introduction est de vous faire réfléchir. Créons-nous de la valeur en tant que nation? En tant que gouvernement? En tant qu’entreprise, ou institution publique? Qu’en pensez-vous? Et notre culture, est-elle basée sur des principes? Existe-t-il un ensemble de principes qui devraient être pris en compte pour la nation dans son ensemble? Le point que nous essayons de faire valoir ici est que toutes les organisations à tous les niveaux de la nation dans son ensemble, jusqu’à la famille ou même l’individu, doivent avoir une vue d’ensemble de ce qu’elles font. Avons-nous des buts et des objectifs? Sont-ils basés sur des principes auxquels nous croyons et sur lesquels nous vivons? Avons-nous une stratégie pour atteindre ces objectifs? Ce sont des réflexions importantes que vous devez considérer, mais pour l’instant, nous devons avoir un point de départ, et ce point de départ est vous et votre entreprise ou institution. Comment pouvons-nous rendre votre entreprise et institutions excellentes?

La plupart d’entre nous connaissent le dicton en anglais  «garbage in, garbage out » qui veut dire « ordures en entrées (inputs), ordures en sorties (outputs). » Le dicton est tout aussi vrai dans la planification stratégique que dans les calculs d’ingénierie. La phase d’analyse de la planification stratégique est l’input et l’excellence stratégique est l’output souhaité. Si vous vous attendez à ce que votre processus de planification stratégique se traduise par une stratégie hautement compétitive, vous devez prendre le temps de procéder à une analyse approfondie des conditions actuelles. De même, si vous vous attendez à ce que le processus de planification prépare l’organisation à faire face à des conditions changeantes, vous devez prendre le temps d’examiner plusieurs scénarios futurs potentiels pour éviter d’être pris au dépourvu lorsqu’ils se présentent. En restant dans l’esprit du dicton, une analyse inconsistante entraînera sûrement une stratégie inconsistante.

Il est assez évident que l’un des principaux objectifs de la phase d’analyse est de développer une compréhension des conditions actuelles et futures potentielles qui seront utilisées pour développer une stratégie gagnante. Cependant, la phase d’analyse doit démolir la façade de l’organisation qui a été si solidement établie au fil des années de complaisance. La plupart des organisations algériennes ont tendance à trouver leur «zone de confort» et continuent à opérer dans cette zone pendant des années, parfois des décennies, sans jamais se demander s’il existe un meilleur moyen. En fait, je suis sûr que tous le monde ont entendu à de nombreuses reprises le dicton «nous n’avons pas besoin de réinventer la roue». Cette attitude résulte d’une peur du changement qui empêche de nombreuses organisations d’atteindre un statut hautement compétitif dans un environnement moderne. Le maintien d’un avantage concurrentiel nécessite une amélioration continue, ce qui signifie que votre organisation doit réévaluer régulièrement sa position stratégique. Si vous n’avancez pas, vous ne suivez pas. Si vous n’avancez pas, alors tout le monde vous dépassera et vous vous retrouverez bientôt à la traîne.

Il est courant que le leadership des organisations algériennes saute la phase d’analyse et de passe directement au développement de la stratégie. Cette façon de faire a conduit le pays à investir temps et argent pour régresser au lieu d’avance. Cette manière de faire doit être évitée et abolie. Une analyse approfondie est une étape critique du processus de planification stratégique. Développer une stratégie sans effectuer une analyse est similaire à la conception d’un bâtiment sans déterminer d’abord les charges appliquées afin de dimensionner les colonnes, les poutres, les connexions, etc. Le résultat peut être un bâtiment magnifiquement détaillé qui n’est pas adapté pour supporter les nécessaires conditions de chargement. Les éléments structurels destinés à maintenir le bâtiment échoueront probablement lorsqu’ils seront le plus nécessaires. De même, sauter la phase d’analyse dans le processus de planification stratégique peut entraîner une stratégie bien organisée qui a fière allure sur le papier mais ne peut pas être exécutée efficacement car elle n’est pas bien adaptée à l’environnement actuel et échouera probablement en cas de stress sur le système et quand on en a le plus besoin.

Il faut savoir que l’analyse est le point de départ critique de la réflexion stratégique. Pour mener une analyse sérieuse, il est utile de comprendre la valeur de l’analyse. L’analyse de votre entreprise ou institution mettra sans aucun doute en lumière de nombreux problèmes qu’elle a passé des années à éviter. Admettre que l’entreprise ou l’institution à laquelle vous avez consacré tant de temps n’est peut-être pas aussi parfaite que vous vous en êtes convaincu peut être une douloureuse prise de conscience. En fait, le désir d’éviter de traiter les problèmes peut nous empêcher inconsciemment de voir les problèmes en premier lieu. Il est requis d’apprendre profondément un processus d’analyse qui vous aidera, vous et votre organisation, à surmonter la peur de faire face à vos problèmes en les redéfinissant comme des opportunités. Il faut avoir un autre état d’esprit et une autre façon de voir qui fait en sorte que les grandes opportunités sont brillamment déguisées en problèmes insolubles.

Une autre façon de penser à ce concept consiste à reconnaître que la plupart des problèmes auxquels votre entreprise ou institution est confrontée existent probablement au sein des organisations de vos concurrents. Cela suggère que si vous êtes en mesure de surmonter ces problèmes, vous gagnerez un avantage concurrentiel. Ainsi, chaque problème identifié dans la phase d’analyse du processus de planification stratégique est littéralement une opportunité d’améliorer votre organisation et de passer à une position plus compétitive. Ne pas résoudre le problème ou même ne pas reconnaître le problème en premier lieu est une occasion manquée. Chaque innovation commence par reconnaître un problème et avoir la clairvoyance et la sagesse de l’interpréter comme une opportunité.

Voir chaque problème comme une opportunité facilitera une analyse plus approfondie et informative. C’est en identifiant et en comprenant les problèmes que des solutions efficaces peuvent être développées. Bien que les problèmes puissent sembler nombreux, une stratégie efficace avec seulement quelques objectifs correctement développés peut souvent résoudre de nombreux problèmes. Ne craignez pas les problèmes, cherchez-les comme des chercheurs d’or.

Trop souvent, les dirigeants tenteront de faire progresser leurs propres organisations en copiant ce que font d’autres organisations. Le problème avec cette approche est double. Premièrement, si vous essayez de concurrencer d’autres organisations en copiant leur stratégie, vous ne pourrez jamais rien faire de plus que simplement rattraper votre retard. Deuxièmement, en ce qui concerne les plans stratégiques, une taille unique ne convient pas à tous. Une stratégie qui fait des miracles pour une entreprise ou une institution peut être inefficace ou même destructrice pour une autre. Les variations de cultures, de marchés et de clients peuvent exiger des stratégies très différentes.

Une stratégie concurrentielle est une stratégie adaptée aux besoins spécifiques de votre entreprise ou institution. Le processus d’analyse plongera profondément dans l’organisation à partir de perspectives multiples et s’efforcera d’éliminer les causes profondes des problèmes. Elle se concentrera sur l’acquisition d’une compréhension détaillée de ce dont l’entreprise ou l’institution est capable et des défis et opportunités auxquels elle est confrontée. L’analyse permettra également de comprendre un certain nombre de scénarios futurs potentiels auxquels votre entreprise ou institution pourrait être confrontée. En comprenant l’entreprise ou l’institution d’une manière si intime, vous serez en mesure d’élaborer un plan stratégique hautement personnalisé pour vos besoins spécifiques. De plus, au fur et à mesure que le plan est exécuté, cette compréhension approfondie de votre entreprise ou institution vous préparera à vous adapter aux conditions changeantes au besoin. Chaque stratégie hautement compétitive est personnalisée pour faire ressortir l’entreprise ou l’institution, et non pour la faire se fondre.

L’Excellence Stratégique, c’est Quoi au Juste ?

L’excellence stratégique est un but et un processus. L’excellence est une cible mouvante. Comme les coussins gonflables dans les voitures, ce qui était considéré, dans le monde développé, au-delà de la normale et un niveau d’excellence il y a 15 ans est la routine aujourd’hui. Le but de l’excellence stratégique est une cible mouvante et doit être revue au moins une fois par an.

L’excellence stratégique est également un processus dans la mesure où elle nécessite de se concentrer sur l’amélioration continue. L’excellence stratégique est une réflexion stratégique appliquée conçue pour développer une stratégie agile autonome qui s’adapte aux circonstances changeantes et conduit une culture hautement performante de recherche de comportements idéaux. Elle est imprégnée de la perspicacité et d’un leadership éclairé ainsi que de la pensée scientifique de la synergie  TOC-Lean-Six Sigma. L’excellence stratégique va au-delà de l’approche classique de la planification stratégique en favorisant une exécution efficace de la stratégie en intégrant la propriété collective et l’alignement à l’échelle de l’entreprise, ou de l’institution, dans l’ensemble du processus.

Par exemple, en réfléchissant sur le TPS (Toyota Production System), l’approche de Toyota Engineering est très différente de celle des constructeurs automobiles américains, tels que Ford ou General Motors. Lorsque Toyota conçoit une nouvelle automobile, cela prend généralement moins de 6 mois. Lorsque le constructeur automobile américain conçoit un nouveau modèle de véhicule, cela prend généralement plus de 3 ans, bien qu’il essaie maintenant d’améliorer progressivement le processus. Il existe de nombreux exemples de la façon dont ce processus se manifeste. Un exemple rapide peut être trouvé dans l’airbag. L’airbag a été une invention des constructeurs automobiles américains, mais Toyota a été le premier à installer des airbags dans leurs automobiles.

Alors, quelle est la différence entre Toyota et General Motors ou Ford? Les fabricants de Toyota se concentrent sur la qualité. Par exemple, s’ils conçoivent une charnière pour une porte de voiture, et ils trouvent que la charnière a une grande qualité, une grande fiabilité, une consistance du produit etc.., ils utiliseront la même charnière dans tous leurs véhicules. En revanche, lorsque les constructeurs automobiles américains conçoivent un nouveau véhicule, ils réorganisent tout, jusqu’aux charnières de porte. Le résultat est double : (1) les ingénieurs américains mettent beaucoup plus de temps à concevoir une voiture et (2) les voitures américaines ont des centaines de fois plus de rappels que les voitures fabriquées par Toyota. Cependant, lorsque Toyota a un rappel, il est important car il affecte un grand nombre de modèles de véhicules.

Pour comparer Toyota et les constructeurs américains, considérons l’effet des différentes méthodologies. Qu’est-ce qui est plus réactif aux clients en ayant un niveau plus élevé de flexibilité des produits? Quelle méthodologie tend à avoir une qualité et une fiabilité supérieures? Quelles caractéristiques préférez-vous,-vous le lecteur de cet article – dans les produits que vous achetez? Laquelle de ces deux stratégies d’ingénierie qualifieriez-vous d’excellence stratégique?

L’excellence stratégique n’est pas un hasard. Cela n’arrive pas par hasard. Cela nécessite une planification intelligente et une action délibérée. L’excellence stratégique est la condition préalable à la réalisation d’une vision d’entreprise. C’est le seul chemin vers la victoire.

L’analyse est le fondement sur lequel est bâtie toute la stratégie. Investir du temps et des ressources dans l’analyse rapportera des dividendes importants à long terme. Cependant, lorsque vous effectuez votre analyse, il est essentiel de garder à l’esprit l’objectif de l’analyse. Le but est d’acquérir une compréhension suffisante des problèmes sous-jacents et des opportunités manquées afin qu’ils puissent être résolus. Ne vous concentrez pas plus sur les problèmes que nécessaire pour vous préparer à trouver une solution. Les ingénieurs, architectes et autres penseurs analytiques ont développé une grande capacité à identifier les problèmes. Souvent, les problèmes qui sont au centre de votre attention sont les symptômes d’un problème systémique plus vaste et de «niveau supérieur» et la résolution du problème spécifique ne fait que déplacer le problème vers un système différent. Par exemple, s’il y a un problème de qualité où les mesures ne respectent pas les spécifications requises, la solution a tendance à être d’introduire un point de contrôle ou un point d’inspection qui tente de vérifier la mesure. Cependant, l’introduction d’un autre point de contrôle a un effet négatif sur le système global. Un point de contrôle supplémentaire : (1) augmentera la complexité du processus; (2) rallongera le processus; et (3) introduira un autre point de défaillance. Au lieu de cela, nous devons examiner la source de l’échec de la mesure pour identifier comment nous pouvons améliorer la qualité.

Trop souvent, les ingénieurs concentrent toute leur énergie simplement sur l’identification de tous les problèmes et il leur reste peu d’attention à consacrer à la résolution des problèmes. L’analyse doit toujours être menée avec à l’esprit le but de l’analyse. Cela veut dire ne pas devenir un expert du problème, devenir plutôt un expert dans le développement de solutions systémiques de haut niveau.

Il est nécessaire de préciser que l’accumulation aveugle d’informations inhérentes à la «découverte de tout ce qu’il y a à savoir» ne fait pas seulement que gaspiller du temps, des efforts et de l’argent, elle peut en fait entraver la résolution d’un problème en vous enfouissant sous une avalanche de détails non pertinents et ingérables. Elle provoque « la paralysie de l’analyse. » Par exemple, aux États-Unis, la tendance est d’abord de collecter des données, puis de les utiliser pour identifier le problème. Toyota condamne cette approche comme une perte de temps dans la mesure où nous passons des mois à collecter des données, puis on arrive à des conclusions trop axées sur les symptômes. L’approche de Toyota consiste tout d’abord à développer un objectif pour savoir si le problème mérite d’être résolu, en s’assurant que la résolution du problème est pertinente pour atteindre les objectifs de l’entreprise ou de l’institution. Ensuite, l’étape suivante consiste à trouver le système «de haut niveau» dans lequel la défaillance se produit. Ceci est suivi par l’étude du système et des comportements qu’il déclenche, qui peuvent impliquer ou non la collecte de données. Mais le message clé ici est que les données, en soi, ne sont pas toujours une bonne chose car les données semblent être l’attitude générale de l’industrie américaine et pire encore pour les entreprises et les institutions algériennes.

En conclusion, nous dirons qu’il faut prendre le processus d’analyse au sérieux, mais gardez à l’esprit que le but de l’analyse est de développer des solutions, pas d’amasser d’énormes quantités de données. Le processus d’analyse présenté dans les didacticiels de SCIQUOM et IDEEFORCE vous aidera, vous et votre entreprise et institution, à concentrer vos efforts pour éviter de perdre du temps à collecter des données et à analyser des informations qui ne contribueront pas à la solution. SCIQUOM et IDEEFORCE vous aideront à acquérir une compréhension intime et axée sur les résultats grâce à un examen concentré plutôt qu’à une large accumulation de données et informations.

Sensibilisation aux Enjeux de la Modernité : Partie 1

Comme promis nous continuons à parler de la modernité en faisant comprendre sa genèse. Toute ce que nous présentons est une synthèse des écrits de plusieurs historiens et philosophes entre autres le grand savant Feu Mohammed Arkoun historien, islamologue et philosophe qui s’inscrit dans la tradition des « Lumières » françaises. Par ailleurs, l’amphithéâtre de l’institut de #Ideeforce porte son nom.

Qu’est ce qui fait que la modernité intellectuelle et scientifique est une production de l’Europe et uniquement de l’Europe ? Et, cela ne s’est produit dans aucune autre culture du monde. Ni chez les chinois – on se réfère aux chinois car c’est une grande culture et une grande pensée, que nous ignorons superbement -, également ni chez les indous – l’Inde est un grand pays de cultures multiples, de religions multiples, de pensées créatrices mais pas au même titre et non plus dans la même lignée de la pensée de ce qui c’est passé en Europe à partir du  15ème /16ème siècle.

1492 est une date repère qu’il faut retenir, c’est la découverte de la route atlantique, et peu après en 1528 la découverte de la route de l’océan indien. Autrement dit la planète s’élargie, l’Amérique existait depuis la nuit des temps mais on ne savait pas qu’elle existait. La civilisation musulmane avait vécu du 6ème siècle au 15ème siècle dans l’ignorance de cette réalité.

De la même façon pour la découverte du système solaire qui depuis l’antiquité on a vécu dans l’idée que c’est le soleil qui tourne autour de la terre qui est immobile. On a vécu avec ça pendant des siècles, et même les philosophes grecs avaient vécu avec cette idée. Vivre avec des idées fausses. Que des hommes puissent vivre avec des idées fausses en étant persuadés qu’elles sont vraies, et c’est tellement fort que lorsque Galilée (1564-1642) avait annoncé que c’était le contraire, l’église l’avait pris pour un hérétique, il lui a gâché la « vérité religieuse.» L’église n’a pas accepté et a condamné Galilée, et en sortant de son procès il a dit : « et pourtant elle tourne. » Il faut bien retenir ce fait, car nous allons trouver dans la pensée islamique un grand nombre d’exemples, pas un, pas deux, pas trois de ce refus obtus et aveugle de la vérité scientifique.

L’un des apports les plus précieux de la modernité scientifique et intellectuelle est « la méthode historique critique », comment étudiez l’histoire des sociétés. Et, dans les sociétés il ya la religion et comment étudier l’histoire des religions. Pour nous autres les musulmans, l’étude de l’histoire des religions n’existe pas, car on ne l’enseigne pas. Vous pouvez aller chercher dans toutes les universités un département d’étude de l’histoire comparée des religions, vous n’en trouverez aucun. Pourquoi cette censure? Cette censure est de la même nature que la censure de l’église à l’égard de Galilée. Cette prohibition, ou ce tabou, d’étudier l’histoire critique des religions a généré les conséquences pour la pensée islamique d’aujourd’hui qui est loin de la modernité.

On peut se poser une autre question : qu’est-ce qui a fait le dynamisme des pays de l’Europe de l’ouest   (France, Angleterre, Italie, Allemagne et Espagne)? C’est le grand mouvement européen de la renaissance.  Il est à préciser que l’Espagne a participé à ce mouvement de la renaissance après avoir expulsé les juifs et les musulmans qui y ont vécu près de 7 siècles. Cela aussi nous pose des problèmes, et parmi les problèmes que cela pose c’est la manière dont jusqu’à présent les chercheurs musulmans enseignent ce que l’on appelle le « tourath » dans les universités arabo-musulmane, irano-musulmane, et turquo-musulmane. Il faut donc comprendre c’est quoi le « tourath » et comment avons-nous lu et utilisé le « tourath »? Le « tourath » est toute la civilisation qui a été effectivement produite entre 661 et 1300, deux dates encore à retenir.

 661 est la mort d’Ali et l’établissement la 1ère grande dynastie avec les Omeyades qui installent leur centre politique à Damas. C’est entre 661 et 1300 qu’il ya eu effectivement dans le monde musulman le développement d’une grande civilisation, brillante et créatrice dans tous les domaines de la connaissance. Cela a duré 6 à 7 bons siècles, et c’est cette époque là qu’on appelle « islam classique ou la civilisation islamique classique » A cette époque là, l’Europe était plutôt en retard par rapport à ce qui se passait dans les sociétés musulmanes. Par exemple, la philosophie grecque était beaucoup plus étudiée à Cordou, à Baghdad, à Kairawan, à Ispahan et à Téhéran. Il y avait des philosophes qui étudiaient la philosophie d’Aristote (384 av. J.-C. – 322 av. J.-C), la Philosophie de Platon (428 av. J.-C. – 348 av. J.-C.), la science et la médecine de Galien (131-201). Tout l’héritage scientifique de la Grèce ancienne avait été traduit en langage syriaque, qui est une langue sémitique comme l’arabe. Et, la langue syriaque était la langue savante que les grands théologiens et savants chrétiens utilisaient (l’islam n’existait pas encore). Ce sont les traductions du grec au syriaque qui vont permettre ensuite aux musulmans (et non les arabes) à produire cette civilisation musulmane. Cette population était cosmopolite, il y avait des iraniens, des kurdes, des berbères, des turcs, des arabes et des gens de l’Asie qui vont s’ajouter.

Cette population musulmane était de toutes les origines et de toutes les cultures, c’est pourquoi il n’est pas juste de dire civilisation arabe. C’est juste de dire « civilisation arabe » pour une seule et unique raison : c’est que tous les intellectuels et tous les chercheurs qu’ils fussent chrétiens, juifs ou bouddhistes s’exprimaient tous en langue arabe. La langue arabe est devenue pendant cette période là (661-1300) comme l’anglais aujourd’hui. Mais, les gens continuaient à parler leur langue de tous les jours,  la langue de leur culture, c’est-à-dire, les kurdes parlent le kurde, les berbères parlent le berbère,  les iraniens parlent le persan…. Il ne faut pas s’imaginer que tout le monde parlait la langue arabe. Par exemple, chez nous aujourd’hui l’arabe écrit n’est pas notre langue quotidienne. Donc, il faut faire une distinction entre les cultures savantes et les cultures populaires. Il est très important de comprendre ce moment de l’histoire, entre 661 et le 13ème siècle, pour comprendre la genèse historique de la modernité.

On dit 13ème siècle parce qu’en 1258 il ya eu l’invasion de Baghdad par les Mongoles. Effectivement, il faut des repères historiques pour comprendre l’état de la pensée islamique d’aujourd’hui. Les mongoles,  qui sont une civilisation étrangère à la civilisation arabo-islamique, leur entrée à Baghdad  a bouleversé une civilisation qui s’est déjà construite, qui s’est déjà développée et qui s’est déjà répandue. Les mongoles vont entrainer l’élimination du khalifat Abbassides – Baghdad était le siège du khalifat-, donc il n’ya plus de khalifat.  C’est le centre politique qui disparaît et qui va entraîner toutes sortes de conséquences pour les sociétés musulmanes qui vont avoir des émirats locaux, des petits émirats, et le pouvoir politique s’éparpille. Sauf que les turcs ottomans vont intervenir en 1453.

Ainsi donc, en 1258 le khalifat disparaît et en 1453 les ottomans entrent à Constantinople qui va devenir Istanbul. Quel est l’importance de cet événement, et que nous dit cet événement? Il faut connaître cela car on est entrain de découvrir les conditions d’émergence de la modernité. Il va y avoir des conséquences pour le christianisme et l’Europe et des conséquences pour toutes les sociétés musulmanes. Qui régnait à Constantinople? Ce n’est pas Rome, c’était l’empire Byzantin.  L’islam dans sa conquête a rencontré l’empire Byzantin devant lui, il ya eu des guerres entre l’islam et l’empire Byzantin chrétien qui était puissant et riche. Aussi, il faut noter qu’il ya une différence entre le christianisme byzantin qui s’exprime en langue grecque et le christianisme latin, implanté à Rome, qui s’exprime en latin.

Il est important de connaître l’histoire du christianisme et l’histoire du judaïsme, car il n’est pas possible pour les musulmans de rester ignorants bien plus ignorants qu’au temps du Coran lui-même, puisque le Coran parle abondamment du judaïsme et du christianisme. Donc, pour les musulmans ces religions ne les concernent pas car pour eux elles sont fausses. Elles sont abolies et ce n’est pas important d’en parler ni de les étudier. Cette façon de voir les choses est très grave et importante.

Modernité et modernisation, quelle est la distinction subtile ?

Aujourd’hui on va parler de la modernité, on va parler de la pensée moderne. Mais avant d’aller plus loin on va parler de l’approche holistique. Il faut savoir que les matrices fondamentales de toute société sont les aspects humains, les aspects organisationnels et les aspects techniques. Ses trois aspects constituent un système. En partant de la définition d’un système comme étant un ensemble d’éléments en interactions dynamiques, alors l’approche holistique est l’étude des interactions entre les éléments d’un système. Donc, l’approche holistique est l’intégration des aspects humains, organisationnels et techniques dans l’étude de toute problématique. Et, la formation citoyenne ne peut être efficace sans une approche holistique.

En effet, les enseignements que l’on donne dans les établissements publics (collèges, lycées, universités…) sont loin de répondre au besoin urgent et nécessaire de la formation citoyenne. Surtout dans les pays arabo-musulman nous sommes extrêmement en retard au sujet de la formation d’une conscience citoyenne.

Que signifie être citoyen dans un pays, c’est-à-dire appartenir à la citoyenneté d’un pays ? C’est lorsque dans ce pays les exigences premières de la vie citoyenne sont remplies. Cela se matérialise par une démocratie sans conditions et sans limites. Donc une responsabilité politique de l’état pour prendre en charge tous les citoyens et leur donner une possibilité égale d’exercer la responsabilité citoyenne. Par exemple, lorsque l’on va voter les citoyens pour voter d’une façon civique, c’est-à-dire responsable, doivent être informé. Cela veut dire qu’ils doivent savoir qu’est-ce qui se passe dans le monde, quels sont les problèmes qui sont posés dans la société, les problèmes de culture, les problèmes d’éducation, les problèmes économiques, etc.… Tout cela nécessite une information qui ne peut être donnée que dans des conditions d’enseignement. Et, nous sommes loin de remplir ces conditions. Dans les pays arabo-musulmans la formation citoyenne connait d’énormes déficits.

Une petite question simple : qu’est-ce qu’une religion? Comment expliquer aux citoyens le fait religieux? Il faut une connaissance et une information moderne au sujet de la participation des citoyens à la vie citoyenne, c’est-à-dire l’exercice de leur droit citoyen, dans une société démocratique et moderne. En particulier en ce qui concerne la connaissance, non pas de l’islam mais la connaissance du fait religieux. On peut donc se poser une question : Quelles sont les fonctions d’une religion dans une société? Dans le monde musulman il n’ya pas qu’un islam, ils ya des sunnites, des chiites, des iraniens, des libanais, des pakistanais, des turcs, des indonésiens, etc. Même dans l’islam il ya plusieurs écoles (Malékite, Hanbalite, Chaféite, Hanafite), et on voit notre pauvreté dans tout le Maghreb depuis le moyen âge. Les maghrébins et les andalous étions tous des malékites malgré toute la diversité des écoles en Irak et en Iran pendant la période de l’islam classique médiéval. Par exemple, l’école des Mouatazilites (en Irak) a essayé de s’introduire à Kairawan et à Cordou, les malékites ont rejeté la pensée des Mouatazilites car ce n’est pas connu, donc on ne la laisse pas passer. Les « foukahas » malékites ont même censuré Ghazali, car ce dernier a critiqué les « foukahas » dogmatiques et fermés.

Dans tout ce qui a été écrit plus haut est une manière d’introduire les éléments qui nous font réfléchir sur ce qu’est la modernité. Qu’est ce que c’est la modernité? Comment se situe la pensée islamique et comment se situe notre islam devant les apports considérables à l’humanité, devant les révolutions scientifiques accumulées par la pensée moderne depuis le 7ème siècle? Et, comment nous situons-nous encore aujourd’hui devant la modernité?

 Il faut savoir que la modernité n’appartient pas qu’à l’Europe. Pour nous il est extrêmement important d’étudier la modernité. L’étudier avec courage, avec continuité, avec persévérance et avec passion car sans cela nous n’allons pas nous en tirez d’affaire, nous allons continuer à végéter dans l’inculture. L’absence de culture, dont on l’oublie tous, dont nous souffrons tous,  ça continue et ne s’améliore pas malgré qu’on est au début du 21ème sicle. Ça vaut le coup de donner un peu de son énergie et de son temps à étudier ce que l’on nomme par la modernité.

La modernité est ce qui fait partie de l’actualité, le contemporain, ce qui est nouveau. Tout de suite on peut se demander si la modernité ne se trouve qu’en Europe, n’a été produite qu’en Europe ? (C’est pourquoi on se soigne en Europe et on place son argent acquis malproprement en Europe?). Aussi, la modernité existe-telle dans les autres cultures, chez les hindous, chez les japonais, chez chinois, en Afrique noire et chez d’autres civilisations et cultures. Voila la 1ère question. Mais avant de répondre à cette question il faut bien distinguer la modernité de la modernisation. La modernité est la modernité intellectuelle, qui concerne l’usage de la raison, l’usage de l’intelligence qui concerne la production des idées et la production des idées de manière critique (pas de n’importe quelle manière mais critique). La modernité intellectuelle s’occupe de l’histoire intellectuelle, des idées dans une langue donnée et une culture donnée. Il faut distinguer cela de la modernisation. La modernisation concerne les changements qui interviennent dans notre milieu matériel de vie. Par exemple celui qui possède une charrette tirée par un âne est moins riche que celui qui possède une charrette tirée par un cheval. Aussi, en ce qui concerne les voitures il ya plusieurs catégories de voitures, du bas de gamme à la très haute gamme. C’est cela la modernisation de notre vie matérielle (Ceux qui ont suivi des cours avec votre obligé peuvent faire le lien lorsque nous parlons de Mercedes avec un état d’esprit de charrette). La modernisation est liée à ce que les historiens appellent la civilisation matérielle (Se référer au 3 tomes de Fernand Braudel : histoire de la civilisation matérielle à partir du 18ème siècle).

Nous pouvons participer à la civilisation matérielle lorsqu’on a de l’argent pour constituer un capital artificiel sans participer du tout à la modernité intellectuelle qui est le capital humain. Le meilleur exemple de cela est l’Arabie Saoudite, elle possède des immeubles formidables et a toute la production de la civilisation industrielle, mais quand à l’étude de l’histoire de la société saoudienne, et plus encore quand à l’étude de l’histoire de l’islam et de la pensée islamique il n ya rien. Car cela est contrôlé, cela n’est pas permis, parce que cela est jugé dangereux. Et, ce n’est pas seulement dangereux en Arabie Saoudite, même chez nous au Maghreb et dans tous les pays musulmans. C’est pour cela que la modernité intellectuelle est constamment contrôlée par les états. Par exemple on a supprimé au sein des universités le département de philosophie et l’enseignement de la philosophie pour les remplacer par l’enseignement de la pensée islamique. Mais de quelle manière a-t-on enseigné et qu’on continu d’enseigner la pensée islamique dans les départements que l’on vient de priver d’un outil intellectuel essentiel, qui sans lui on ne peut rentrer dans la modernité. On a fermé la porte à la modernité, et c’est une décision grave. Car c’est la philosophie qui est responsable de la production et du contrôle intellectuel du fonctionnement de la modernité. Voila un exemple où on le vit dans tous les pays musulmans, et cela n’est pas consolable car c’est l’islam qui en pâti.

Voila donc une distinction que l’on peut retenir entre la modernité intellectuelle et la modernisation. Et, surtout que l’on ne croit pas que l’on est moderne parce qu’on vit dans le luxe de la modernisation.

Qu’est ce qui fait que la modernité intellectuelle et scientifique est une production de l’Europe et uniquement de l’Europe ? Et, cela ne s’est produit dans aucune autre culture du monde. Nous en parleront prochainement.