SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

Ce qu’une entreprise essaie de réaliser

« La qualité est la première tâche. » « Le stock est un passif. » « Équilibrer le flux, non pas la capacité. » Ce ne sont là que quelques-uns des slogans qui ont ébranlé les fondements du management industriel. Dans les années 80, nous avons assisté à trois mouvements puissants : la gestion de la qualité totale (TQM), le Just In Time (JIT) et la Théorie des Contraintes (TOC). Ils ont remis en question presque tout ce qui était précédemment accepté. Ces mouvements ont chacun eu leur modeste début dans une technique locale. Mais tous ont évolué à une vitesse époustouflante. Dans les années 90, le (TQM) a évolué vers le Six Sigma et le (JIT) vers le Lean.

Nous commençons à réaliser que notre perception initiale de ce que ces mouvements englobaient est beaucoup trop étroite. On pourrait décrire ce changement de perception de la manière suivante : i) il est temps de réaliser que l’accent principal du (JIT) n’est pas la réduction des stocks dans l’atelier. Ce n’est pas seulement une technique mécanique de kanban. Il s’agit définitivement d’une nouvelle philosophie de management globale. ii) Il est grand temps de réaliser que l’accent principal de la TOC n’est pas les goulots d’étranglement dans l’atelier. Ce n’est pas seulement une technique mécanique de production optimisée. Il s’agit définitivement d’une nouvelle philosophie de management globale. iii) Il est temps de réaliser que l’accent principal du (TQM) n’est pas la qualité des produits. Ce n’est pas seulement une technique mécanique de contrôle statistique de processus. Il s’agit définitivement d’une nouvelle philosophie de management globale.  Avez-vous remarqué les similitudes? Nous devrions nous poser les deux inévitables questions émergentes :

1)  Qu’est-ce qui est vraiment « nouveau » dans ces nouvelles philosophies de management globale? Tant que ces mouvements étaient considérés comme des techniques locales, nous comprenions et apprécions assez bien ce qui est nouveau en eux. Mais maintenant, notre compréhension intuitive accepte une phrase très exigeante : « une nouvelle philosophie de gestion globale. » C’est un peu difficile à avaler. Les nouvelles techniques locales ne justifient certainement pas ces gros mots. Tout d’abord, ces mouvements se limitent principalement à l’arène de production. Alors pourquoi l’utilisation du mot « global? » Deuxièmement, aussi puissants soient-ils, ils ne méritent toujours pas d’être appelés philosophies de management. Une bien meilleure verbalisation de ce que ces mouvements ont apporté avec eux est nécessaire pour justifier notre compréhension intuitive.

2) Combien y a-t-il de nouvelles philosophies de management – une ou trois? Une fois que nous aurons verbalisé notre compréhension actuelle et l’exprimer précisément par des mots, alors, et seulement alors, nous serons en mesure de voir si nous sommes confrontés ou non à un choix.

L’endroit où commencer à chercher une réponse à ces questions est évident. Une expression comme une nouvelle philosophie de management globale ne peut être justifiée que par un changement majeur dans la fondation. Toute amélioration, quelle que soit sa taille, dans un sujet relativement mineur, ne justifiera jamais un titre aussi exigeant. La question la plus fondamentale que nous pouvons probablement poser pour commener à apporter des reponses est « Pourquoi une entreprise est-elle construite? ». Je ne pense pas qu’une entreprise ait été construite uniquement pour sa propre existence. Chaque entreprise a été créée pour atteindre un but. Ainsi, chaque fois que nous débattons d’une action dans n’importe quel secteur d’une entreprise, la seule façon de tenir une discussion logique est de juger de l’impact de l’action sur le but global de l’entreprise.

Assez trivial. Mais à partir de ce court argument, le fondement de toute entreprise est révélé. La première chose qui doit être clairement définie est le but général de l’entreprise. La deuxième chose, ce sont les mesures. Pas n’importe quelles mesures, mais des mesures qui nous permettront de juger de l’impact d’une décision locale sur le but global. Si nous voulons chercher quelque chose d’important, le premier endroit à regarder est le but de l’entreprise, puis, si nous n’y avons trouvé aucun changement, il faut regarder ses mesures.

Commençons par le but de l’entreprise. Il est assez difficile d’obtenir une détermination précise. Alors, passons un peu de temps à clarifier ce problème pour nous-mêmes. Qui a le droit de déterminer le but de l’entreprise? Il ne faut pas un cerveau phénoménal pour atteindre la réponse évidente. Le but de l’entreprise doit être déterminé uniquement par les propriétaires de cette entreprise. Toute autre réponse nous obligera à redéfinir le sens du mot «propriété». Ici, nous sommes confrontés à un problème. Nous avons suffisamment d’expérience pour savoir que quelle que soit l’entreprise avec laquelle nous traitons, presque toutes font face à certains groupes de pouvoir. Un groupe de pouvoir est un groupe qui a le pouvoir de ruiner, ou du moins gravement endommager, l’entreprise, si le groupe n’aime pas certains aspects du comportement de l’entreprise. Il semble que nous devons donner notre mot à ces groupes de pouvoir. Mais leur donner la parole signifie immédiatement que les propriétaires n’ont pas le droit exclusif de déterminer le but. Le moyen de sortir de cette dichotomie est de distinguer clairement entre le but d’une entreprise et les conditions nécessaires imposées à son comportement. L’entreprise doit s’efforcer d’atteindre son but dans les limites imposées par les groupes de pouvoir, s’efforçant de remplir son but sans violer aucune des conditions nécessaires imposées de l’extérieur.

Pour une entreprise industrielle, les clients sont définitivement un groupe de pouvoir. Ils imposent des conditions nécessaires, comme un niveau minimum de service client et un niveau minimum de qualité des produits. Si ces conditions minimales ne sont pas remplies, les clients cesseront tout simplement d’acheter auprès de l’entreprise et elle sera menacée d’extinction. Mais certainement personne ne suggérera que nos clients ont le droit de dicter ou même d’interférer sur ce qui devrait être le but de notre entreprise. Les employés de l’entreprise sont un groupe de pouvoir. Ils imposent des conditions nécessaires, comme la sécurité minimale de l’emploi et les salaires minima. Si l’entreprise ne respecte pas ces conditions nécessaires, elle court le risque d’une grève. Mais cela ne signifie pas que les employés, en tant qu’employés, ont le droit de déterminer le but de l’entreprise. Le gouvernement est un groupe de pouvoir. Les gouvernements, même locaux, imposent des conditions nécessaires, comme des niveaux maximaux de pollution de l’air ou de l’eau. Si une usine ne respecte pas ces conditions nécessaires, elle fait face à une menace très réelle de fermeture, quelle que soit sa rentabilité. Mais cela ne signifie pas que le gouvernement a le droit de nous dire quel devrait être le but de notre entreprise.

Le but d’une entreprise est uniquement entre les mains de ses propriétaires. Si nous avons affaire à une entreprise industrielle, nous appelons les propriétaires de l’entreprise «actionnaires». Donc la question « Quel est le but de l’entreprise? » est exactement équivalente à la question « Pourquoi les actionnaires ont-ils investi leur argent dans l’entreprise? » Pour réaliser quoi?

À la lumière de ce qui précède, que pensez-vous d’une entreprise qui déclare « Notre but est de fournir les meilleurs produits de qualité associés au meilleur service client? », ou bien « Notre but est de créer des emplois? », ou encore « Notre but est d’aider l’économie du pays? » Une telle entreprise a probablement des actionnaires très uniques. Ses actionnaires ont apparemment investi leur argent dans l’entreprise afin qu’ils puissent se vanter lors d’un cocktail que leur entreprise offre le meilleur service client. Est-ce votre entreprise?

Considérons une entreprise qui déclare que son but est de devenir numéro un; elle va conquérir la plus grande part de marché. Les actionnaires ont probablement investi leur argent dans cette entreprise parce qu’ils sont des maniaques du pouvoir. Mais la déclaration la plus ridicule, qui se trouve malheureusement dans de nombreux manuels, est la déclaration selon laquelle le but de l’entreprise est de survivre. Une telle déclaration place définitivement la plupart des actionnaires dans la catégorie des êtres humains altruistes. Nous investissons notre argent afin de gagner plus d’argent maintenant et à l’avenir. C’est le but de toute entreprise, surtout celle dont les actions sont négociées sur le marché libre.

Il convient de noter que la déclaration générique n’est pas « le but d’une entreprise est de faire plus d’argent maintenant et durablement. » La déclaration générique est « les propriétaires ont le droit exclusif de déterminer le but. » Si nous traitons avec une entreprise privée, aucun outsider ne peut prédire son but. Il faut s’adresser directement aux propriétaires.

Il est assez troublant de voir autant d’entreprises publiques où le top management confond les conditions nécessaires, les moyens et le but. Une telle confusion entraîne si souvent une mauvaise orientation et une destruction à long terme de l’entreprise. Le service client, la qualité des produits, les bonnes relations humaines sont des conditions nécessaires, parfois même des moyens. Mais ce n’est pas le but. Les employés d’une entreprise devraient servir les actionnaires, c’est pour cela qu’ils sont payés. Servir les clients n’est qu’un moyen pour la vraie tâche, servir les actionnaires de l’entreprise.

Il n ya rien de nouveau ici.Parfois beaucoup de confusion, mais rien de nouveau. Ainsi, afin de découvrir ce qui est nouveau dans ces philosophies de management globales, nous n’avons pas d’autre choix que d’appliquer notre analyse et notre examen à la deuxième entité fondamentale, c’est-à-dire les mesures.

2 réponses à Ce qu’une entreprise essaie de réaliser

  • Guendoul el khier dit :

    Pour ceux qui sont mus par une conception du capitalisme industriel ou entrepreneurial, l’objectif est : comment donner un produit ou service qui soit toujours le meilleur possible? L’argent vient après. C’est la posture qu’on adopté les pays comme l’Allemagne, Japon, pays scandinaves et autres.

    • L’objectif que vous citez est une des 3 conditions nécessaires pour faire de l’argent. Mais le but reste toujours le même : faire de l’argent maintenant et durablement. Pour atteindre le « but » il faut satisfaire 3 conditions nécessaires, sans ça on ne peut atteindre le but. Les conditions nécessaires sont relatives aux clients, aux employés et aux propriétaires qui sont étroitement liées entre elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *