SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

De nouvelles façons de penser l’action dans les moments difficiles

On pense que lorsque l’on est purement opérationnel  c’est la solution à nos problèmes du moment, grave erreur. Nos actions sont plus susceptibles de revenir à ce qui est habituel lorsque nous sommes dans un état de peur, d’anxiété et d’urgence. Les actions collectives ne sont pas différentes. Même si les conditions dans le monde changent radicalement, la plupart des entreprises, des gouvernements, des écoles et d’autres grandes organisations, poussées par la peur et l’urgence, continuent de prendre les mêmes types d’actions institutionnelles qu’elles ont toujours prises.

Cela ne signifie pas qu’aucun apprentissage ne se produit. Mais il s’agit d’un type d’apprentissage limité, c’est-à-dire apprendre à réagir au mieux aux circonstances que nous considérons nous-mêmes comme n’ayant pas participé à leurs créations. L’apprentissage réactif est régi par le «téléchargement» des modes de pensée habituels, de continuer à voir le monde dans les catégories familières avec lesquelles nous sommes à l’aise. Nous ignorons les interprétations et les options d’action qui sont différentes de celles que nous connaissons et auxquelles nous faisons confiance. Nous agissons pour défendre nos intérêts. Dans l’apprentissage réactif, nos actions sont en fait des habitudes reconstituées et nous finissons invariablement par renforcer des modèles mentaux préétablis. Quel que soit le résultat, nous finissons par avoir «raison». Au mieux, nous nous améliorons dans ce que nous avons toujours fait. Nous restons en sécurité dans le cocon de notre propre vision du monde, isolés du grand monde.

Tout apprentissage intègre la réflexion et l’action. Dans l’apprentissage réactif, la pensée est régie par des modèles mentaux établis et l’action est régie par des habitudes d’action établies. Mais différents types d’apprentissage sont possibles. On peut souvent commencer par demander à chaque personne : «Quelle question est au cœur de votre travail?» A partir de là on peut mettre en lumière un type d’apprentissage qui pourrait conduire à la création d’un monde non gouverné principalement par l’habitude.

Tout apprentissage intègre la réflexion et l’action. Tout apprentissage concerne la façon dont nous interagissons dans le monde et les types de capacités qui se développent à partir de nos interactions. Ce qui diffère, c’est la profondeur de la conscience et la source d’action qui en résulte. Si la conscience ne dépasse jamais les événements superficiels et les circonstances actuelles, les actions seront des réactions. Si, en revanche, nous pénétrons plus profondément pour voir les plus grands ensembles qui génèrent «ce qui est» et notre propre connexion à ce « tout », la source et l’efficacité de nos actions peuvent changer radicalement.

Des niveaux d’apprentissage plus profonds créent une prise de conscience croissante de l’ensemble plus large – à la fois tel qu’il est et tel qu’il évolue – et des actions qui font de plus en plus partie de la création de futurs alternatifs.

SCIQUOM a développé une approche d’apprentissage pour les dirigeants qui fournie des informations extraordinaires sur notre capacité latente de voir plus profondément et les effets qu’une telle prise de conscience peut avoir sur notre compréhension, notre sentiment de soi et notre sentiment d’appartenance au monde. En discutant avec divers dirigeants et entrepreneurs, nous avons trouvé une clarté extraordinaire concernant ce que signifie agir au service de ce qui émerge afin que de nouvelles intuitions et de nouvelles idées créent de nouvelles réalités. Mais nous avons également constaté que, pour la plupart, ils préfèrent rester dans leurs modèles mentaux de raisonnement. Nous avons développé une approche et une façon  de penser à travers lesquelles on peut apprendre à «présenter» un tout émergent, à devenir ce que ce que l’on appelle «une force de la nature».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *