SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

Éthique, valeurs et moralité

L’éthique, les valeurs et la moralité revêtent une gamme de formes et d’accentuation différentes dans les idées sur les systèmes d’apprentissage social. On peut considérer l’éthique de manière explicite ou implicite, mais à des degrés divers. On peut intégrer à la fois dans ses idées et rendre explicites les aspects éthiques et valorisants de «notre monde apprécié». On peut aussi s’intéresser aux jugements moraux, aux visions du monde qui rendent explicites les croyances et aux valeurs supposées et à la notion d’être critique, ce qui implique une comparaison de ce qui se passe avec ce qui devrait se passer. On peut faire référence à un processus d’évaluation de soi par rapport à ses propres valeurs et à celles de la communauté, des valeurs, croyances et normes préexistantes de la profession et/ou de la société civile comme un élément clé de l’apprentissage dans une communauté.

Certains aspects éthiques des systèmes d’apprentissage social sont inévitablement liés à la façon dont la responsabilité est perçue, y compris où se situe la responsabilité. On peut comparer une communauté professionnelle responsable vis-à-vis des clients, une profession et une équipe, avec un système d’apprentissage social et communautés de pratique uniquement responsable vis-à-vis de ses membres. Cela dépend en grande partie de l’objectif plus large d’un groupe. Les communautés professionnelles peuvent travailler en tant que système d’apprentissage social et communautés de pratique. Les membres d’un système d’apprentissage social et communautés de pratique sont également susceptibles d’être responsables, au niveau individuel, envers d’autres individus et groupes.

D’un point de vue philosophique, l’éthique peut se concentrer sur «être bon», «faire ce qui est juste», ce que «devrait être» et comment nous «devrions» vivre et traiter les autres. Mais ces axes ne sont pas nécessairement les axes principaux de l’apprentissage. Par exemple, il est possible d’apprendre à être mauvais et à faire la mauvaise chose. Il est important de reconnaître qu’une communauté qui sert les intérêts de ses membres ne doit pas automatiquement avoir un mandat éthique. Cependant, de nombreuses pratiques incluent une dimension éthique, donc travailler avec d’autres pour améliorer ces pratiques impliquera de s’engager dans l’éthique. Travailler en tant que système d’apprentissage social et communautés de pratique fonctionnant comme un système d’apprentissage est également susceptible d’inclure une dimension éthique.

La question que nous pouvons se poser est : de quelle manière sont prises en compte les dimensions relatives à l’éthique, les valeurs et la moralité dans la gouvernance algérienne depuis plus de 50 ans ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *