SCIQUOM   I  IDEEFORCE         

     

Le répertoire d'idées permettant d'exploiter la pleine puissance de l'information et de la connaissance dans le management des opérations industrielles et institutionnelles


Ammar Hadj Messaoud, Ing.; M.SC.

Collecter et utiliser l’intelligence : la force de la TOC

L’intelligence est d’être capable de prendre des décisions à priori et non à posteriori. Aujourd’hui le progrès, la compétitivité et la production de richesse reposent sur la capacité de prendre la bonne décision au bon moment avec un savoir faire approprié et sur la base d’une information précise et adéquate.

L’information doit être organisée pour remettre en question la stratégie d’une entreprise. Elle doit tester les hypothèses de l’entreprise sur ses théories de conduite de ses processus d’affaires. Cela implique de tester les hypothèses de l’entreprise concernant son environnement, c’est-à-dire l’entreprise et sa structure, le marché, le client et la technologie. Et l’information sur l’environnement, où les menaces et les opportunités majeures qui sont susceptibles de se présenter, est devenue de plus en plus urgente. Il y a ensuite des hypothèses sur la mission spécifique de l’entreprise. Troisièmement, il existe des hypothèses sur les compétences de base d’une entreprise nécessaires à la réalisation de sa mission. Les logiciels peuvent être conçus pour fournir des informations sur mesure à une entreprise, mais la problématique résidera toujours dans l’information, c’est-à-dire la prise de décision.

Les entreprises peuvent produire certaines des informations dont elles ont besoin, telles que des informations sur les clients et les non-clients. Mais ce qui est vital se situe dans la visibilité relative à la mesure de l’impact de la prise de décision sur les mesures du « bottom ligne », c’est-à-dire les mesures de la santé de l’entreprise : Retour sur investissement (ROI), cash flow et profit net.

En effet, la viabilité ou la vitalité de l’entreprise est conditionnée par la mesure de l’impact des décisions sur sa santé à priori et non pas à posteriori. Par exemple, le contrôle de gestion sert à mesurer à posteriori l’impact des prises de décision. Cette manière de faire c’est comme si on conduit un véhicule avec un pare-brise opaque, le véhicule heurte tous les obstacles rencontrés sur son chemin, la carrosserie est en tout temps cabossée. Alors que le naturel exige de conduire un véhicule avec un pare-brise dégagé, ce qui permet de contourner et éviter tous les obstacles qu’on rencontre sur le chemin, le véhicule est tout le temps en bon état.

La Théorie des Contraintes (TOC) est venue lever cette faiblesse dans les hypothèses de gestion des processus d’affaires. A travers 3 indicateurs simples, elle permet de mesurer à priori l’impact de toute prise de décision sur les mesures de la santé de l’entreprise.

L’intelligence réside dans la mesure de l’impact des décisions à priori et non à posteriori. L’intelligence est d’assurer que le ROI soit en progression continu malgré les aléas dans un monde dynamique, concurrentiel et hostile.  

Question pour vous : Avez-vous les informations nécessaires pour contester la stratégie et les hypothèses de votre entreprise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *